La structure de la magie tome 2 Communication et changement

La structure de la magie tome 2 Communication et changement

Résumé

Vous tenez entre les mains le livre fondateur de la pnl, approche visant la compréhension, l’optimisation et la transmission des stratégies d’excellence dans tous les domaines de l’activité humaine: leadership, commerce, éducation, sport de haut niveau, management, développement personnel… Son objet est l’étude des changements réussis. Au départ destiné aux psychologues, aux thérapeutes et aux médecins, il a élargi son audience à tous les agents de changement: dirigeants, managers, consultants, formateurs, coachs, personnes en quête de bien-être et de réussite. Nourri par une époque riche en innovation technologiques et humaines, La structure de la Magie est un duo d’ouvrages audacieux, pédagogiques et visionnaires.

Par Richard Bandler et John Grinder, Edition de 2015, 272 pages.

Chronique du livre La structure de la magie tome 2 Communication et Changement

Présentation

Pour ce deuxième tome de la structure de la magie, nous continuons notre découverte de différents outils thérapeutiques mis au jour par les cofondateurs de la programmation neurolinguistique. Nous verrons dans ce tome les outils suivants:

  • Les systèmes de représentation et le chevauchement des systèmes
  • Les incongruences et congruences ou polarités
  • Les positions de Satir ou type de polarité
  • Les fonctions floues ou synesthésie, comment nous passons d’un sens à un autre
  • L’application en thérapie de système, couples ou familles
  • Une approche stratégique de la thérapie avec les variables ERSCFM

Bref que du lourd, si vous n’avez pas lu le premier tome je vous invite à découvrir son contenu ici de La structure de la magie tome 1 Langage et Thérapie.

Les systèmes de représentation

Comme nous l’avons vu dans le tome 1, une représentation peut être synonyme de carte ou de modèle ou maquette. Vous l’aurez compris la représentation du monde n’est pas le monde lui même. « La carte n’est pas le territoire ». Nous avons vu que nous nous représentons le monde à travers nos sens et que nous distinguons donc 3 types de représentation dites sensorielles à savoir:

  • Visuel
  • Auditif
  • Gustatif
  • Olfactif
  • Kinesthésique (sensations du corps, proprioception, équilibre, sensations viscérales, température, humidité, pression, gravité, etc…)

En pnl, nous parlons du VAGOK et c’est à travers ses différents systèmes que nous construisons nos représentations du monde. De manière générale en psychologie, vous pouvez aussi tomber sur le mot « modalité ».

Lorsque vous vous faites des images d’une expérience en particulière, votre système est visuel. Ou lorsque vous ressentez des choses lorsque vous pensez à une expérience, votre système est kinesthésique. Etc… Moins il y a de modalités différentes dans votre souvenir plus celui ci est dit appauvri. Et à l’inverse, plus vous avez de modalités différentes qui reviennent en surface lors du souvenir plus celui ci est riche.

La thérapie vise à avoir une représentation la plus riche qui soit car au plus vous avez d’informations en mains au plus vous avez de choix et donc un degré de liberté élevé.

Le chevauchement

Heureusement nous avons un moyen de retrouver des informations manquantes dans une représentation et de passer d’un système à un autre. Il s’agit du chevauchement. Prenons un exemple, vous n’arrivez pas à retrouver la sensation particulière lorsque vous touchez de l’eau mais vous pouvez imaginez en image que vous touchez de l’eau. Ici il y a un chevauchement entre le visuel et le kinesthésique. C’est une technique pratique pour les personnes qui ont un système sensoriel peu développé.

Petit exercice: Prenez un souvenir et essayez de retrouver le maximum de détails dans toutes les modalités vu ci-dessus en utilisant le chevauchement.

Incongruences et congruences

Lorsqu’il y a une résistance au changement c’est parce qu’une partie de vous qui veut changer et une autre qui ne veut pas. Congruence et incongruence s’observent sur 3 niveaux:

  • Paraverbal (ton de voix, rythme, hauteur, tout les paramètres de la voix)
  • Verbal ou digital (mots et verbes employés)
  • Corps (gestes des mains, côtés droit/gauche, tension, détente, paramètres du corps)

Vous l’aurez compris, la congruence est un accord ou une correspondance entre ces différents niveaux. Lorsqu’une femme dit « je me sens triste et désespérée » avec une voix saccadée ou qu’elle pleure et que son corps est refermé et qu’elle a les épaules lourdes, alors on peut dire que son message est congruent. Ici l’intuition est importante puisque cela se joue sur notre capacité à observer ce que l’on voit et ce qu’on entend.

A l’inverse l’incongruence peut être un homme qui dit « Je suis vraiment content de ma vie en ce moment » puis être refermé avec les sourcils froncés et un ton de voix qui transmet plutôt le désespoir.

La congruence: on perçoit un seul message clair

L’incongruence: on perçoit 2 messages opposés.

Le but du thérapeute

Le thérapeute doit aider la personne à exprimer ses 2 messages de manière congruente puis faire rencontrer les 2 polarités pour pouvoir les intégrer. Je ne m’avancerais pas plus sur ce sujet car j’ai eu du mal à comprendre ce chapitre. Les positions de Satir représentent des polarités avec des comportements précis. Je n’ai pas bien saisi non plus le fonctionnement donc je ne m’attarderai pas non plus sur ce point.

Les fonctions floues ou synesthésie

Sans doute la partie la plus importante et la plus pertinente de la programmation neurolinguistique. On a vu au dessus les différents types de représentations possibles et ici elles vont prendre tout leur sens. Ce que les auteurs appellent fonctions floues sont des réactions par rapport à notre environnement. Nous avons donc 2 choses distinctes. Ce qui nous vient de l’environnement à savoir les entrées E et les réactions que l’on va avoir face aux informations de l’environnement les sorties S.

Les entrées ou canaux d’entrées
  • Visuel
  • Auditif
  • Kinesthésique
  • Olfactif
  • Gustatif

Tous ce qui provient de l’extérieur et de l’environnement. Donc ce que vous voyez, entendez, touchez, etc…

Les sorties ou canaux de sorties

Elles sont presque identiques aux entrées, la différence est qu’elles proviennent de l’intérieur, de votre monde interne. Les images qui vous viennent à l’esprit, le dialogue interne, les sons que vous construisez, les sensations corporelles du ventre par exemple.

Les fonctions floues possibles
  • Voir-voir
  • Voir-entendre
  • Voir-ressentir
  • Entendre-voir
  • Entendre-entendre
  • Entendre-ressentir
  • Ressentir-voir
  • Ressentir-entendre
  • Ressentir-ressentir

Prenons un exemple, vous entendez le klaxonne d’une voiture (entrée) et vous avez une image d’une voiture qui vous vient à l’esprit (sortie). Ici la fonction floue est entendre-voir. Un autre exemple cette fois ci plus intuitif. Vous entendez un proche râler et vous ressentez une boule au ventre, la fonction floue est entendre-ressentir.

Les fonctions floues expliquent avec exactitude comment nous réagissons par rapport à notre environnement et nos proches!

Elles sont bien sûr inconscientes et donc très rapide mais vous pouvez apprendre à reprogrammer certaines fonctions. D’abord prenez en conscience puis ensuite vous pouvez apprendre à les modifier.

Avant que je découvre la pnl, lorsque j’écoutais de la musique je me faisais des films et des scénarios. J’étais sur une fonction entendre-voir. Puis j’ai appris à me concentrer sur les sons et je suis passé d’une phase entendre-entendre à entendre-ressentir.

Mon avis sur les fonctions floues

Je pense que les fonctions floues expliquent clairement ce qu’est une ancre en programmation neurolinguistique, c’est à dire un conditionnement simple entre un stimulus et une réponse. Elles permettent de comprendre comment nous réagissons face à nos proches lorsque nous entendons une certaine voix ou lorsque nous voyons un certain comportement. Elles peuvent expliquer tout un ensemble de réponses comportementales.

Par exemple, en ce qui me concerne je n’aime pas la vue du sang car je suis sur une fonction voir-ressentir.

Pour bien comprendre je vous mets d’autres exemples:

  • Lorsque l’on croise le regard de notre partenaire (voir le regard-ressentir des papillons)
  • On voit un vide immense devant nous (voir le vide-ressentir un vertige)
  • Nous voyons une glace ou un gâteau (voir l’aliment-ressentir de la faim)
  • Lorsque l’on voit son compte en banque (voir les chiffres-ressentir du stress… ou de la joie pour les plus chanceux!)
  • Lorsque j’écoute une musique particulière en sport (entendre une musique-ressentir de la motivation)

Puis on aura un cas particulier lorsque on lit ou qu’on entend des mots, l’entrée sera digitale. Et ici cette fonction dépend des personnes, bien sûr celles aussi que j’ai mentionné au dessus. Chaque individu est différent et va donc réagir de manière différente. La question à se poser est comment je peux faire pour créer telle ou telle réaction chez l’autre? Ou comment moi je réagis par rapport aux autres ou à l’environnement. Ou encore comment je peux transformer un sens en un autre?

La notion des fonctions floues prend tout son sens lorsqu’on étudie les thérapies de systèmes.

La thérapie des systèmes

Un système est un ensemble composé de plusieurs éléments dont la somme des parties est plus importante que la somme de chaque partie prise isolée. On retrouve ici l’approche de la Gestalt. L’approche des système est aussi l’approche de Gregory Bateson. L’idée est d’observer l’individu ou le patient dans son milieu ou dans un système, à savoir son milieu social sa famille ou son couple. Pourquoi? Parce que d’après l’approche systémique, les individus réagissent avec des feedbacks et donc le type de communication est circulaire. Le facteur A peut influencer le facteur B qui va de nouveau influencer le facteur A. Les thérapies familiales et de couples s’appuient sur cette approche pour comprendre comment plusieurs individus interagissent entre eux. De plus la signification d’un comportement apparait lorsque on replace celui-ci dans un contexte.

Pour bien comprendre, prenons l’exemple d’un groupe de 4 personnes. Le comportement de A va influencer tout les autres ainsi que chaque relations de tout les autres entre eux. L’idée est que si on modifie un seul paramètre de A on modifie tout l’ensemble. De plus, un paramètre de C peut être le résultat des actions de A, de B ou de D, ou de tout l’ensemble. La thérapie des systèmes devient alors très vite complexe lorsque vous avez plus de 2 éléments.

Maintenant voyons ce qu’il se passe si nous appliquons les fonctions floues à un ensemble de 2 éléments.

Fonctions floues chez l’individu

Cette notion explique comment nous réagissons. Par exemple, une fois j’ai vu un certain comportement chez un ami (épaules rentrées, posture désespérée, sourcils froncés, etc…) et j’ai ressenti un grand malaise et de l’inquiétude pour lui, la fonction ici est voir-ressentir. Cela a entrainé chez moi un comportement ou je m’inquiétais de mon ami et je me suis mis à demander à des proches ce qui lui arrivait.

Lorsque je fais du vélo que vous habitez à  Grenoble dans les environs ça monte pas mal, j’écoute de la musique pour me motiver. En même temps je construis des paroles avec mon dialogue interne ce qui entraine de la motivation. Les fonctions peuvent s’enchainer comme tel: entendre de l’extérieur-entendre de l’intérieur-ressentir de la motivation. Et l’ensemble me pousse à avancer.

Découvrir sur quelles fonctions floues nous fonctionnons permet de les amplifier et donc d’en tirer un bénéfice. Ou alors de les modifier lorsque elles entrainent des comportements néfastes.

Fonctions floues dans un système

Imaginons un enfant qui vit dans une famille dont les parents se disputent, lorsqu’il entend la dispute il se ressent une boule au ventre (entendre-ressentir) ce qui peut entrainer un isolement par exemple.

Encore un autre exemple, un homme entend sa partenaire rigoler avec un autre homme lors d’une soirée et cela crée chez lui des images où il voit sa femme le tromper, il ressent alors une boule au ventre communément connu sous le nom de jalousie. Ce qui n’est peut être pas le cas. La fonction est dans ce cas entendre-voir-ressentir.

Les fonctions s’enchainent à l’infini et si vous changez un élément de l’ensemble vous changez son effet.

La thérapie stratégique

Les auteurs ont mis en évidence un ensemble de variables à prendre en compte pour apporter une modification au vécu du patient. Il s’agit de prendre en compte la description instantanée que fait le patient de son vécu qui donnera comme variables:

  • E pour le type d’entrée
  • R pour le type de représentation
  • S pour le canal de sortie
  • C pour la catégorie de Satir
  • F une malformation sémantique
  • M violation du méta-modèle.

C’est la partie la plus délicate du livre et ici vous comprenez pourquoi la pnl est si efficace. R Bandler qui est la base mathématicien met en évidence une équation pour représenter le problème du patient. J’ai … presque rien compris… L’idée est qu’il faut mettre sous forme d’équation la description instantanée du patient comme par exemple la suite de fonctions floues qui donne pour résultat le problème du patient. Cette séquence de comportements va donner un résultat, une réponse. SI vous changez l’ordre de la séquence ou que vous modifiez certains éléments, vous modifiez la réponse. A la fin du livre, les auteurs montrent quelle approche avoir pour certains types de séquences composées des variables ci-dessus.

Conclusion

Le livre est abordable pour n’importe qui, il n’est pas compliqué mis à part certaines parties mais ce ne sera pas handicapant. Ayant déjà des connaissances sur la programmation neurolinguistique, j’ai trouvé très pertinent la partie sur les fonctions floues. J’étais très enthousiaste de lire cette partie parce que je retrouvais ce côté pétillant lorsque j’ai découvert la pnl. Découvrir des choses simples et évidentes, ça c’est vraiment cool! Je vous recommande le livre seulement après avoir lu déjà quelques ouvrages sur le sujet comme Les secrets de la communication par exemple. Néanmoins même si vous arrivez dans le domaine vous pourrez le lire.

Ce n’est pas important l’ordre des lectures que vous faites, vous apprendrez juste différemment et assimilerez les choses sous un autre angle. De plus, il m’arrive parfois de relire certains bouquins et j’apprends ou je rapprends des choses.

Le point faible du livre serait qu’il reste quand même très théorique alors que pour bien comprendre la pnl, je recommande la pratique. J’essaierais à l’avenir de vous proposer des exercices si j’en ai le temps et la créativité. Sur ce, j’attends de votre part des commentaires si vous avez déjà lu ce livre.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On FacebookCheck Our Feed