La gestalt

La gestalt

La gestalt, une approche de la perception

La gestalt thérapie a été développée dans les années 50 par Fritz Perls aux États Unis. Le mot gestalt tient son origine de l’allemand et veut dire le tout, l’ensemble ou la forme. C’est un concept qui explique comment l’être humain perçoit son environnement et donc comment il crée sa réalité dans l’ici et maintenant. La perception nait d’une différence entre milieux: Gestalt. Si vous percevez le mot gestalt c’est parce qu’il y a une différence de couleur entre deux milieux. Ces derniers sont désignés en gestalt par le fond et la figure, ici le fond est blanc et la figure est noire. L’idée est que l’on va percevoir une figure qui se détache d’un fond selon plusieurs lois différentes.

  • Proximité
  • Similitude
  • Destin commun
  • Familiarité

La gestalt explique aussi qu’un concept, une notion est composé de plusieurs éléments qui forment un tout cohérent dont l’effet de l’ensemble est plus important que l’effet de chaque partie isolée. C’est l’idée qu’il y a une structure principale avec plusieurs éléments.

Le principe de la gestalt est que nous percevons un tout cohérent en percevant un ensemble d’éléments ou de pièces pour les assembler en un puzzle. Chaque pièce a sa place à un endroit précis dans le puzzle et la pièce isolée ne permet pas d’observer quelque chose de cohérent. C’est l’ensemble des pièces qui permet de voir une image grâce à un tout cohérent. L’ensemble nous permet ensuite d’avoir une information, en l’occurrence une image en particulière. Mais si on réorganise l’ensemble des pièces différemment, on obtient un nouveau puzzle et donc une nouvelle image.

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Un thérapeute hors du commun, Milton H Erickson

Un thérapeute hors du commun, Milton H Erickson

41rkfqlan6l-_sx331_bo1204203200_

Résumé du livre

Ces derniers temps, on s’est beaucoup questionné sur l’efficacité des thérapies : pour beaucoup, c’est la personnalité du thérapeute, sa compétence et sa force qui sont en cause. Ce livre présente clairement la façon de faire de celui qui est presque devenu un mythe aux États-Unis : Milton H. Erickson. Une large part est donnée à sa parole même, et on découvre comment chaque personne, grâce à la compétence et à la pratique d’un thérapeute exceptionnel peut changer et vivre sa part de bonheur. L’ouvrage de Jay Haley suit les grandes étapes de la vie et met en relief la manière très souple, imprévisible, créatrice, dont les crises sont dénouées par Erickson, toujours prêt à donner de lui-même pour aider le patient. Un livre qui peut faire réfléchir tous ceux qui mettent en doute les changements que peut susciter un vrai thérapeute. Ce sont des histoires, et quelque chose de notre histoire.

Par Jay Haley et Milton H Erickson, 1984, 383 pages.

Chronique du livre Un thérapeute hors du commun, Milton H Erickson

Présentation

Jay Haley a été un élève de Milton H Erickson et a donc décidé de rédiger un ouvrage sur l’enseignement de son professeur. Le contexte de l’époque se situe dans les années 60 avec les grands noms qui ont marqué l’histoire de la psychologie et des sciences humaines. Nous y retrouverons les personnalités suivantes et bien sûr encore pleins d’autres.

  • Bateson
  • Erickson
  • Haley
  • Mead
  • Weakland
  • Don D Jackson

La première partie du livre porte sur la rencontre entre Haley et Erickson.

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Des nouvelles

Des nouvelles

Mes nouvelles depuis un petit moment

Bonjour à toutes et à tous et d’abord bonne année 2017 aux lecteurs. Ces derniers temps je n’ai pas beaucoup écrit sur le blog car j’étais pris par mes révisions pour les partiels qui se sont dans l’ensemble moyennement bien passé. J’ai actuellement un article qui dort sur le livre de Jay Haley Milton Erickson un thérapeute hors du commun et j’espère pouvoir le publier ce week end.

Écrire sur un blog demande du temps et de l’énergie et surtout de la volonté qui je dois dire s’est un peu affaiblie ces derniers temps.

J’ai commencé mon 4eme semestre avec des cours toujours intéressant et j’espère pouvoir vous apporter de nouveaux articles par la suite.

J’écrirais sûrement un article sur un livre que je viens de finir de Fritz Perls Gestalt thérapie, un livre qui regorge de petites expériences et c’est à mes yeux Le livre qui m’a beaucoup apporté.

Je lis actuellement Les thérapies cognitives et comportementales pour les nuls et je vous en dirais aussi des nouvelles. Pour l’instant je trouve son contenu redoutable!

Sur ce, je vous souhaite de bonnes lectures et espère pouvoir vous apporter à l’avenir mes points de vue sur ce que j’étudie.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
L’hypnose thérapeutique, quatre conférences

L’hypnose thérapeutique, quatre conférences

41xdjibwqpl-_sx328_bo1204203200_

Résumé du livre

A tous ceux qui s’intéressent à l’évolution moderne de l’hypnose, la première traduction française d’une oeuvre de Milton H Erickson, présentée par J A Malarewicz, apporte un excellent contact avec le rénovateur contemporain de l’emploi, clinique et thérapeutique, de la plus ancienne méthode psychothérapique. Parvenant à utiliser et à conceptualiser les mystères et les incertitudes de la relation hypnothérapique, Milton H Erickson domine cette renaissance technique de toute son expérience originale. Les nombreux cas qu’il a décrits et les conférences accompagnées de démonstration publique de ses méthodes ont fait l’objet de plusieurs ouvrages.

Ceux-ci sont largement connus dans les pays anglophones. Dans les conférences retranscrites et commentées ici, on verra que la situation hypnotique, loin d’être confinée à la résolution spectaculaire de la conversion hystérique, est devenue une possibilité d’aborder des problèmes émotionnels extrêmement variés. Les exemples abondent dans ces pages. On verra aussi comment Erickson, par la facilité avec laquelle il accepte les prises de position du patient, par le caractère paradoxal de ses prescriptions, par la façon dont il prend en compte le contexte et surtout par l’invention permanente qu’il oppose aux situations de souffrance, a pu être à l’origine déjà de bien des concepts utilisés en thérapie familiale. En contact étroit avec Gregory Bateson, Jay Haley et J H Weakland, il fut en effet aux origines de la théorie moderne de la communication.

Par Jacques-Antoine Malarewicz et Milton Erickson, 2013, 204 pages.

Chronique du livre L’hypnose thérapeutique, quatre conférences.

Présentation

Le livre est le résultat de plusieurs articles publiés par Milton Erickson dans les années 60. Il porte sur le travail de l’inconscient et la transe hypnotique comme moyen de modifier l’orientation du patient face à la réalité du monde.

Il abordera entre autre des techniques d’inductions et l’approche de la douleur.

La présentation comporte une partie de biographie sur le Docteur Milton Erickson, né en 1901 dans le Nevada et décédé en 1980. Plusieurs handicaps le pousseront à développer des ressources qui lui permettront l’approche de l’hypnose. Il était daltonien, sourd aux rythmes, dyslexique et a subit plusieurs attaques de poliomyélite qui paralysent le corps. Ces dernières lui auront permis de découvrir entre autre l’auto-hypnose et la rééducation.

Le docteur explique que l’hypnose est une expérience unique et personnelle sur laquelle il est difficile d’avoir une approche scientifique et objective.

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Psychologie du bien et du mal

Psychologie du bien et du mal

41upgztdeql-_sx327_bo1204203200_

Résumé du livre

Quel sens donnons-nous à nos actes les plus quotidiens et à ceux des autres ? Pourquoi sommes-nous capables de sacrifier nos intérêts matériels au nom de grands principes comme la justice ? Par quelles mises en scène parvenons-nous à draper de moralité des conduites qui caressent notre égocentrisme ? Quelles circonstances peuvent nous conduire à trahir nos convictions les plus profondes ? Comment se forment et progressent la conscience morale et l’empathie ?

Les récompenses et les punitions favorisent-elles ou non les acquisitions morales ? S’appuyant sur des exemples et de nombreuses études scientifiques récentes, ce livre explore la forme que le bien et le mal prennent dans nos têtes et les conséquences que ces idées ont sur nos vies. Une plongée au coeur de la nature humaine. Laurent Bègue est professeur de psychologie sociale à l’université de Grenoble où il dirige le laboratoire interuniversitaire de psychologie Personnalité, cognition, changement social. Il est membre honoraire de l’Institut universitaire de France et chercheur invité de l’Université de Stanford, Californie.

Par Laurent Bègue, 2011, 361 pages.

Note: Laurent Bègue est professeur de psychologie sociale à l’Université Pierre Mendès France à Grenoble. C’est aussi mon professeur cette année dans le cours de psychologie sociale, bon je ne’y assiste que très rarement mais ça faut le dire. C’est un professeur à fond dans ce qu’il fait et il est très intéressant. Ce livre est une lecture dans le cursus de psychologie de L2 du premier semestre à Grenoble. 

Chronique de Psychologie du bien et du mal

Ouverture

La psychologie sociale est une branche de la psychologie qui s’intéresse à l’influence que les autres, présents ou absents, exercent sur nos idées, émotions et nos comportements. Le livre s’intéresse aux différents points suivants:

  • la morale
  • le rapport aux normes
  • le jugement du bien et du mal
  • l’impact du groupe
  • circonstances où l’on a des comportements à l’encontre de notre morale

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
L’avenir du blog

L’avenir du blog

L’avenir du blog

Bonjour lectrices et lecteurs,

Si quand j’ai commencé mon blog je pensais faire uniquement sur l’hypnose et la programmation neurolinguistique, j’ai aujourd’hui envie d’aller plus loin avec le blog. En proposant de manière générale des informations sur la psychologie même si je fais passer en priorité les thèmes principaux. J’espère pouvoir parler plus généralement de ce que je vois en cours en licence de psychologie. Puis vous parlez peut être des différents types de thérapies.

Actuellement, je travaille sur la chronique d’un livre en lecture obligatoire pour mes cours alors je me suis dis que ce serait une bonne idée d’offrir ce travail au blog. Le livre que je lis porte sur la psychologie sociale. On y retrouve beaucoup d’informations sur ce que l’on voit en licence de manière générale. Psychologie du bien et du mal a été en plus rédigé par un professeur que j’ai Laurent Bègue.

En attendant cette chronique qui devrait tomber ce week end je l’espère, je vous souhaite une bonne lecture et vous invite à donner votre avis du blog dans les commentaires.

Bonne journée à tous.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Derrière la magie, programmation neurolinguistique

Derrière la magie, programmation neurolinguistique

41vtgtwefil-_sx316_bo1204203200_

Résumé du livre

La PNL (Programmation neurolinguistique) technique du développement personnel mise au point dans les années 1970 aux USA, propose outils, méthodes et attitudes de vie pour modifier nos comportements vers moins de stress, plus de succès et de sérénité. Cette édition anniversaire est enrichie de deux préfaces, une par coauteur, de l’ouvrage de référence de la PNL.

Par Alain Cayrol et Josiane De Saint Paul, j’ai lu le tirage de 1992 donc l’image ne correspond pas, 216 pages.

Chronique de Derrière la Magie la programmation neurolinguistique

Le cadre de la programmation neurolinguistique

1 Approche et auteurs

Le livre commence sur des exemples concrets de personnes qui ont été aidées par la pnl, en passant par l’homme très réservé qui sort de sa zone de confort à la femme qui a peur de l’eau qui arrive ensuite à se baigner. La pnl vise un changement rapide, sans souffrance et de manière systématique. C’est un modèle qui permet d’appréhender la réalité de chacun et donc de la modifier. En effet, percevoir différemment induit des comportements différents.

Les différents outils de la pnl ont été volontairement créés de manière pragmatique, ils visent à être utiles. C’est un modèle et non une théorie. La pnl ne propose pas quelque chose de vrai mais d’utilisable. L’ensemble des ses outils ont été développés à la suite de l’imitation systématique de plusieurs thérapeutes, Virginia Satir, Frédéric Perls et Milton Erickson. De manière générale, on peut dire que la pnl s’appuie sur la psychologie cognitive. Les différentes applications sont nombreuses, de la communication efficace en passant par la thérapie jusqu’à l’imitation de l’excellence.

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Un cerveau pour changer

Un cerveau pour changer

41mk5csnsl-_sx321_bo1204203200_

Résumé du livre

La Programmation Neuro-Linguistique, PNL, nous est expliquée ici par l’un de ses fondateurs, Richard Bandler, avec son langage direct et clair et son enthousiasme communicatif. Notre cerveau codifie notre représentation du monde. De ce fait, apprendre comment il trie et répertorie ce que nous vivons nous apporte la possibilité de modifier notre vie. out comme la pratique d’un sport nous permet de mieux y exceller, la pratique de la PNL nous permet de nous libérer d’attitudes inopportunes et de conduire notre vie avec plus de facilité et de succès vers ce qui nous convient personnellement. Elle rend nos objectifs atteignables et nous change la vie ― en mieux.

Par Richard Bandler, cofondateur de la pnl, 1990, 230 pages.

Chronique de Un cerveau pour changer

Introduction

Courte introduction présentant la programmation neurolinguistique en mettant en avant les modalités et les sous modalités. Comme par exemple pour la modalité visuelle et ses sous modalités suivantes: luminosité, taille, couleur, forme, distance, etc… L’introduction nous explique qu’il y a une différence entre la description d’une expérience et l’expérience elle même pour nous pousser à pratiquer le savoir apporté par ce livre.

Elle présente aussi rapidement R. Bandler comme étant un individu innovateur dans le domaine de la psychologie. Et elle explique que le savoir appris à travers ce livre restera théorique s’il n’est pas expérimenté sur le terrain. Un point sur lequel je suis d’accord, la pnl est un outil et s’il permet de découvrir des fonctionnements de notre pensée, cet outil est encore plus intéressant quand on alterne théorie et pratique.

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !
Apprivoiser le changement avec l’auto-hypnose

Apprivoiser le changement avec l’auto-hypnose

413csdodwl-_sx319_bo1204203200_

Résumé du livre

Le changement en nous est permanent ; il nous offre de merveilleuses possibilités. La seule chose qui peut nous empêcher de changer, c’est de penser que nous ne pouvons pas le faire. Chaque nouvelle expérience peut nous apprendre à remettre du mouvement dans notre vie ; notre perception peut être rééduquée ; nos réactions réapprises. Nous pouvons être plus qu’une partie de nous-mêmes et nous enrichir de ce qui est caché, inaccessible… pour la conscience. Notre inconscient est ce continent à découvrir. Il vous réserve de nombreuses surprises, renferme un grand potentiel créatif. Pour l’explorer, il faut un guide. Ce livre est votre guide. Il vous apprend à parler le langage de l’inconscient par l’auto-hypnose et vous apporte une voie de connaissance nouvelle, clé des changements heureux. Avec lui, grâce à l’auto-hypnose, vous accédez à une plus grand liberté intérieure.

Par Kévin Finel, directeur de l’Arche, 2009, 180 pages.

Chronique Apprivoiser le changement avec l’auto-hypnose, une nouvelle voie au service de votre liberté intérieur.

Introduction Derrière la confusion du conscient il y a le travail de l’inconscient

L’auteur ouvre le livre en nous parlant de nos perceptions vis à vis de ce que nous sommes. Il nous explique pourquoi nous avons une vision figée. Avec cette introduction, il cherche à nous faire prendre conscience que rien n’est gelé. On peut apprendre à faire fondre cette glace qui nous bloque. C’est une invitation à l’apprentissage en général et plus particulièrement à l’apprentissage possible du contenu du livre.

Je trouve très pertinent de prendre conscience que l’on peut apprendre ce que l’on veut comme un trait de caractère et que l’on peut aussi apprendre à apprendre. Bien sûr l’auteur glisse des suggestions dans ce passage et oriente déjà le texte en direction de l’inconscient.

1 Vers le mouvement

On commence avec un exercice simple qui a pour but de prendre conscience de notre environnement puis de conscientiser l’impact que cette prise de conscience a sur nous. Le but de l’auteur ici est de nous montrer que nos pensées sont en constante évolution. Notre esprit interagit avec l’environnement et ce que nous percevons crée quelque chose à l’intérieur. Pour ma part, entendre des sons de choses que je ne vois pas crée justement les images qui pourraient y être associées.

Le second exercice est la dissociation qui va permettre de se couper de son ressenti à un instant donné. Si par exemple vous vous représentez un souvenir désagréable en vous voyant dedans, vous prenez de la distance littéralement car vous vous éloignez de vous. Et métaphoriquement parce que vous ressentez moins ce que vous vivez de l’intérieur.

Pour faire ressurgir un souvenir agréable, l’auteur nous propose de le décrire à voix haute ce qui oriente notre esprit à le revivre. On peut donc créer un état agréable en repensant à un bon souvenir.

On continu ensuite avec un exercice super intéressant qui amène à la réflexion. Celui où l’on s’observe comme si nous étions quelqu’un d’autre. Comment je verrais la personne que je suis et comment je lui parlerais si j’étais un thérapeute, un enfant, ou une personne malheureuse. J’ai trouvé cet exercice très enrichissant parce qu’il permet de multiplier les points de vue et donc de changer la perception que l’on a de soi.

Le dernier exercice de ce chapitre consiste à travailler sur les modalités sensorielles d’un souvenir pour en changer l’aspect et l’impact qu’il a sur nous. Si vous voyez des images lorsque vous pensez à un souvenir agréable, vous pouvez amplifier son effet en changeant la lumière, la taille, les détails ainsi que les couleurs de l’image. Et nous pouvons faire de même pour les souvenirs désagréables dans le but de réduire son impact sur nous. Cet exercice est un entrainement typique de la programmation neurolinguistique.

2 De l’auto-hypnose inconsciente à l’auto-hypnose consciente

Le chapitre commence en abordant le principe de croyances et les paradigmes ou encore cadre. Une croyance est une phrase déclarative qui explique comment les choses se passent dans certaines circonstances. Prenons un exemple, « je crois qu’aborder des gens dans la rue ne se fait pas et que c’est une action stressante ».  On peut se poser par la suite des questions pour venir bouleverser la croyance. Qu’es qui dit que cela ne se fait, en quoi c’est stressant, es toujours stressant? L’auteur nous explique qu’une croyance n’est pas la réalité mais peut entraîné la construction d’une réalité. Il explique aussi qu’il est important de prendre conscience qu’une croyance n’est pas la réalité. A partir de ce point elle peut être modifiée.

Puis le chapitre poursuit sur la description d’un but avec une phrase positive et non négative. Par exemple, je veux me sentir à l’aise en public au lieu de je ne veux plus être stressé en public. Il faut par la suite décrire avec précision chaque terme de l’objectif. C’est quoi un public et c’est quoi être à l’aise pour se rapprocher de ce que l’on souhaite vraiment.

On comprend finalement qu’une nouvelle croyance peut être apprise et avoir un impact important sur notre réalité. L’auteur propose ensuite de créer de nouvelles croyances en se les répétant mentalement et de construire ensuite un réseau de croyances ou chaque d’entre elles agit de manière cohérente. Prenons comme exemple: je suis capable d’apprendre, je peux m’entrainer à mieux apprendre, je peux m’exercer à être concentré et attentif. Ou encore je peux trouver de nouvelles méthodes de mémorisations.

3 Le dialogue interne

Kevin Finel nous explique que le dialogue interne, cette petite voix que l’on entend peut servir de pont entre notre fonctionnement conscient et inconscient. Il nous propose au début d’essayer de ne penser à rien, ni image, ni sensation, ni dialogue. On se rend compte que ce genre de choses arrivent à un moment donné comme si la pensée s’imposait à nous. Il propose un exercice simple pour réduire cette imposition. On peut apprendre à contrôler notre dialogue interne en modifiant le rythme, le ton et le type de voix ou encore le volume. Ces paramètres changent notre perception.

Pour comprendre le fonctionnement de l’apprentissage et arriver à mieux intégrer ce genre d’exercices, nous passons par plusieurs phases. D’abord nous sommes ignorant, nous sommes inconsciemment incompétent. Ensuite nous savons que nous ne savons pas, nous sommes alors consciemment incompétent. Puis nous commençons à apprendre et nous sommes consciemment compétent. Et pour finir plus nous répétons plus l’apprentissage est un réflexe, nous sommes alors inconsciemment compétent. Repensez à la manière que vous avez appris à parler une langue ou un geste.

Le chapitre se termine sur 4 exercices de concentrations qui permettent le début d’un état d’auto-hypnose, à savoir fixer un point et prendre conscience de ce que l’on voit. Fixer un point puis passer d’un objet à l’autre avec sa vision périphérique. Se répéter un mot puis créer un espace c’est à dire créer un silence entre les répétitions. Penser au mot puis l’éloigner de soi, baisser le son ou tirer l’image loin devant soi.

4 Le temps, cette illusion

Cette partie aborde notre rapport au temps et en particulier au passé. L’auteur nous explique que l’on pense en général que le passé influe sur le présent alors qu’il peut en être l’inverse. Le présent influe sur le passé et ce sont les nouvelles expériences nouvelles qui nous apportent un œil nouveau sur notre histoire.

On ne peut modifier le passé alors faisons quelque chose dans le présent pour modifier notre perception du passé. Dans mon passé, qu’es qui ne s’est passé comme je le voulais? Aujourd’hui, comment je peux faire pour réaliser cette chose que je voulais pour changer ma perception de mon passé?

Si le présent est le futur du passé alors le présent est le passé du futur. K Finel nous propose alors de travailler à partir du futur pour avoir une vision de la trajectoire de notre changement. Au lieu de définir le présent par le passé, définissons le présent par l’avenir.

Le principe du deuil

Rien à voir avec la perte d’un proche, le principe du deuil met en évidence le lien qui nous relie au passé et qui explique la relation entre un événement passé et une émotion présente. Ce lien a permit le maintien d’une émotion pas toujours agréable et à laquelle on souhaiterait se séparer. L’auteur parle d’un boulet enchaîné à notre pieds. Le principe du deuil vise à faire son deuil de cet événement passé. Si quelque chose ne s’est pas produit comme je le souhaitais, qu’es que je peux faire dans le présent pour finir cet événement? Le mot deuil représente l’idée de laisser ce quelque chose sortir de notre vie.

Suite du chapitre 4

Le chapitre se termine sur l’exploration et la définition d’un objectif, de quelque chose que l’on souhaite réaliser. Plusieurs questions s’offrent alors à nous et y répondre permet de cibler avec précision notre avenir. Définir notre environnement actuel et celui de demain et trouver les différences. Comment nos comportements auront changé, ceux qui sont restés, ceux qui sont arrivés ainsi que ceux qui ont évolué. Pour être précis il faut définir le présent et le futur et regarder là où il y a des différences de manière à faire un pont vers l’avenir.

5 La confiance réelle, la voie suprême

On commence avec une grande métaphore qui est que la vie est une pièce de théâtre et que si nous le souhaitons, nous pouvons changer de scénario ou de personnage. Un exercice est présenté, il s’agit de définir le rôle que l’on aimerait vivre. De décrire son comportement, tout l’ensemble de sa manière de penser, de ses croyances à ses représentations mentales. Ensuite, on peut commencer à modifier une chose, une toute petite chose, un détail qui fera toute la différence. Et c’est en travaillant régulièrement détails après détails que l’on arrivera à un changement majeur.

La notion d’énergie est décrite ici comme si les actions, les événements, les personnes, que nous voyons, vivons, nous prenaient de l’énergie. Je le vois plus comme quelque chose qui va pomper notre énergie, notre motivation ou notre volonté. L’auteur a utilisé ce mot mais je pense que l’on pourrait le remplacer. Il nous propose ensuite de rechercher les choses qui nous demandent le plus d’énergie dans le but d’apprendre à la préserver ou de faire le plein d’énergie. Cela peut aussi être l’idée de se ressourcer.

La synchronisation

Pour transmettre et communiquer avec autrui dans le but de préserver son énergie et celle de l’autre, la synchronisation peut être utilisée. Il s’agit d’imiter sans singer, l’autre dans l’ensemble de ses comportements, les gestes, la voix, la posture. De manière naturelle, cette synchronisation s’installe avec une personne avec qui le courant passe. De la même manière, on peut créer cela en inversant la cause et l’effet en provoquant la synchronisation. C’est plus un outil de la programmation neurolinguistique qu’un outil d’auto-hypnose, il est néanmoins utilisé pour hypnotiser l’autre.

Une fois la synchronisation établie, on peut faire du leading, on modifie volontairement un paramètre des comportements et on observe si l’autre peut nous suivre. Cela permet de guider la personne vers un état souhaité. Cela peut être de la motivation, du bien être, du rire. Bien évidemment, tous cela se fait déjà de manière inconsciente mais l’apprendre de manière consciente permet d’amplifier les effets.

6 Influence, communication et séduction

Mise en relief du mot manipulation et de ce qu’il cache, souvent ce mot a un sens péjoratif alors qu’en fait l’auteur explique que nous manipulons constamment. Manipuler est normal et on le fait à longueur de journées. La question à se poser est plutôt en quoi manipuler l’autre ou soi même peut être bien ou mal? La manipulation peut être consciente ou inconsciente. Le thérapeute doit manipuler l’autre pour créer le bien être parce que l’autre n’arrive plus à se manipuler lui même.

On poursuit avec la séduction avec une approche saine où le but est avant tout de créer une relation agréable avec l’autre.  Et même si nous ne sommes pas doué dedans, on peut apprendre car tous s’apprend et bien souvent une partie de la société ne voit pas ce côté. C’est la question de l’inné et de l’acquis.

Et pour apprendre des nouveaux comportements, nous pouvons utiliser un outil de la PNL, à savoir la modélisation. L’individu va chercher à imiter un modèle avec précision, comportements, croyances, etc… L’avantage de cette technique est la rapidité d’intégration de la compétence. Il faut par contre être doté d’un esprit ouvert et d’une bonne créativité pour une fois la compétence apprise apporter son style.

Dans toute situation de séduction ou de communication, le premier pas est de rentrer en contact avec l’autre. Le livre nous propose pour cela la ratification qui vise à constater quelque chose de vrai chez la personne et à voix haute. Cela crée un rapport de manière spontanée. Un exercice est proposé, il s’agit de dire bonjour aux gens dans la rue pour voir les différentes réactions.

Mon expérience

Une fois j’ai ratifiée l’action d’une fille devant une bijouterie et c’est bien plus agréable à faire car quelque chose de spontané qui demande presque aucun effort. J’ai juste constaté qu’elle regardait des bagues vraiment très chères et ai fait une blague dessus.

Suite du chapitre 6

La fin du chapitre apporte différentes techniques pour créer un lien avec une personne et l’on arrive à l’hypnose conversationnelle. C’est une conversation durant laquelle on peut induire un état de transe. C’est quelque chose que l’on fait déjà naturellement bien sûr.

7 Auto-hypnose, un art de vivre mais aussi une pratique

Cette partie donne d’abord une définition de l’inconscient qui est tous ce qui n’est pas conscient. Il est un allié puissant car il gère l’apprentissage et toutes les fonctions moteurs et biologiques comme la respiration ou le stockage d’informations. Vient ensuite la description de l’état d’hypnose difficile à transmettre quand on ne l’a jamais vécu. C’est un état naturel qui fluctue et qui peut arriver plusieurs fois par jour, nous n’en avons juste pas conscience.

Des auto-inductions sont ensuite proposées pour rentrer dans cet état d’hypnose. Pour ce faire, je vous renvois à un article que j’ai rédigé sur les inductions en auto-hypnose.

Une fois l’état atteint, le travail avec l’inconscient peut commencer. Bien sûr cela commence avant même de rentrer en transe. Avant il faut définir ce que l’on souhaite en particulier. Puis créer un espace avec l’hypnose pour travailler avec l’inconscient. Il s’agit de trouver une limite entre un état conscient et inconscient.

8 Conclusion, boule de neige

Le livre se termine en expliquant que lorsqu’une personne change, elle change dans son ensemble et dans son milieu. L’auteur fini avec une phrase: tout change en permanence.

Annexes

Un petit annexe sur l’histoire de l’hypnose moderne.

Les points forts du livre

Le livre se lit très bien et très vite et j’ai appris de nouvelles inductions. Les explications sont claires, après il est difficile pour moi de dire si cela convient à quelqu’un qui n’y connait rien car je suis déjà pointu sur le sujet.

Les points faibles

Le livre ne suffit largement pas, je m’y connais un peu et je peux dire que ce livre ne suffit pas pour découvrir et comprendre l’auto-hypnose. C’est quelque chose qui se pratique, ce n’est pas juste une connaissance mais un savoir faire et un savoir être. Je connais l’hypnose depuis presque deux ans et je commence tout juste à découvrir comment s’en servir. De plus, je vous donne les mots d’un ami que j’ai entendu aujourd’hui. En auto-hypnose, on est le thérapeute, le patient et le spectateur en même temps. Moi même je rentre à un niveau beaucoup trop profond pour me guider dans un travail thérapeutique. Je ne dis pas que c’est impossible mais il faut s’y connaître.

Fin

Pour retrouver le livre, vous pouvez aller directement sur amazon ici.

Pour voir des commentaires, rendez vous ici.

Et je vous invite à donner votre avis sur l’article.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Reconnaître un état hypnotique

Reconnaître un état hypnotique

Comment reconnaître un état hypnotique?

Quand on commence l’hypnose, on veut savoir si ce que l’on fait à fonctionner ou pas. Ici je vais essayer de vous apporter de vous lister les signes qui montrent que nous sommes en auto-hypnose ou qui montre que l’autre est sous hypnose.

En auto-hypnose

En auto-hypnose, vous saurez que vous y êtes parce que c’est un état différent de l’état normal et différent de l’état de sommeil. Vous aurez des impressions étranges, votre perception du temps va changer et votre perception de l’espace aussi. Vos pensées divergerons un peu comme dans un rêve. Et vous pourrez même sentir que votre cerveau bascule sur un mode de fonctionnement inhabituel. Vous pourriez aussi ressentir des mouvements involontaires.

Quand l’autre est sous hypnose

Savoir si l’autre y est demande une grande acuité visuelle. Il y a plusieurs choses à observer.

  • un regard absent s’il a les yeux ouvert ou un regard dans le vide
  • une respiration plus calme et plus profonde, c’est la première chose que je conseille d’observer
  • les mouvements involontaires
  • des réactions étranges (verbale ou corporelle)
  • la symétrie du visage, en début de séance l’asymétrie peut s’intensifier jusqu’à laisser place à une symétrie
  • le tonus musculaire, si la personne est tendue ou décontractée
  • le reflex de déglutition moins répétitif
  • les paupières fermées qui vibrent un peu peuvent signifier une visualisation
  • le teint de la peau
  • la dilatation des pupilles

Vous pouvez demander un feedback à la personne

Après la séance, j’aime bien attendre un peu avant de poser des questions à la personne. Même si elle ouvre les yeux il faut un peu de temps pour revenir dans le présent. Puis vous pouvez lui poser des questions sur ce qu’elle a ressenti et vécu. Si elle vous répond qu’au bout d’un moment elle ne vous écoutez plus c’est un bon signe. La partie consciente s’est mise en veilleuse. Ou si elle était juste spectatrice des mouvements corporelles qu’elle avait c’est aussi un bon signe.

Au final

L’état d’hypnose diffère d’une personne à l’autre. Restez à l’écoute de vos sujets et de vous même pour en apprendre d’avantage. Les questions que j’aime bien poser

  • Qu’es que tu as ressentie à ce moment là?
  • Es ce que j’ai dis quelque chose qui t’a fait revenir ou aller plus profondément?
  • As tu ressenti ce mouvement en particulier?

Bref, intéressez vous au vécu de l’autre.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Visit Us On FacebookCheck Our Feed