L’hypnose thérapeutique, quatre conférences

41xdjibwqpl-_sx328_bo1204203200_

Résumé du livre

A tous ceux qui s’intéressent à l’évolution moderne de l’hypnose, la première traduction française d’une oeuvre de Milton H Erickson, présentée par J A Malarewicz, apporte un excellent contact avec le rénovateur contemporain de l’emploi, clinique et thérapeutique, de la plus ancienne méthode psychothérapique. Parvenant à utiliser et à conceptualiser les mystères et les incertitudes de la relation hypnothérapique, Milton H Erickson domine cette renaissance technique de toute son expérience originale. Les nombreux cas qu’il a décrits et les conférences accompagnées de démonstration publique de ses méthodes ont fait l’objet de plusieurs ouvrages.

Ceux-ci sont largement connus dans les pays anglophones. Dans les conférences retranscrites et commentées ici, on verra que la situation hypnotique, loin d’être confinée à la résolution spectaculaire de la conversion hystérique, est devenue une possibilité d’aborder des problèmes émotionnels extrêmement variés. Les exemples abondent dans ces pages. On verra aussi comment Erickson, par la facilité avec laquelle il accepte les prises de position du patient, par le caractère paradoxal de ses prescriptions, par la façon dont il prend en compte le contexte et surtout par l’invention permanente qu’il oppose aux situations de souffrance, a pu être à l’origine déjà de bien des concepts utilisés en thérapie familiale. En contact étroit avec Gregory Bateson, Jay Haley et J H Weakland, il fut en effet aux origines de la théorie moderne de la communication.

Par Jacques-Antoine Malarewicz et Milton Erickson, 2013, 204 pages.

Chronique du livre L’hypnose thérapeutique, quatre conférences

Présentation

Le livre est le résultat de plusieurs articles publiés par Milton Erickson dans les années 60. Il porte sur le travail de l’inconscient et la transe hypnotique comme moyen de modifier l’orientation du patient face à la réalité du monde.

Il abordera entre autre des techniques d’inductions et l’approche de la douleur.

La présentation comporte une partie de biographie sur le Docteur Milton Erickson, né en 1901 dans le Nevada et décédé en 1980. Plusieurs handicaps le pousseront à développer des ressources qui lui permettront l’approche de l’hypnose. Il était daltonien, sourd aux rythmes, dyslexique et a subit plusieurs attaques de poliomyélite qui paralysent le corps. Ces dernières lui auront permis de découvrir entre autre l’auto-hypnose et la rééducation.

Le docteur explique que l’hypnose est une expérience unique et personnelle sur laquelle il est difficile d’avoir une approche scientifique et objective.

Première conférence

L’utilisation des processus inconscients dans l’hypnose

Pour Milton Erickson, l’inconscient est un grand réservoir d’apprentissages et de ressources que l’on apprend consciemment avant de les passer dans l’inconscient. Il prend comme analogie la conduite d’une voiture. Avec l’hypnose, il faut chercher à utiliser ces ressources là.

Il explique que les gens que l’on rencontre arriveront toujours à créer et utiliser des schémas très élaborés que cela soit positif ou négatif.

Le Docteur Erickson met un point d’honneur à respecter ses patients. Il faut respecter les croyances et les idées préconçues pour créer un excellent rapport et avoir la confiance de la personne.

L’hypnose est présentée dans ce livre comme un moyen de transmettre des idées et des compréhensions. On pourrait dire qu’elle permet de transmettre des paradigmes.

Démonstration La transe en thérapie et la transe commune

Le thérapeute qui utilise des histoires ou des métaphores doit en utiliser des vraies de manière à être convaincu de leur réalité pour augmenter la congruence lorsque l’on transmet ces messages.

L’hypnose est un état qui commence lorsque l’on attire l’attention d’une personne sur quelque chose. Il s’agit de focaliser l’attention.

Erickson utilise plusieurs techniques pour hypnotiser ses patients comme le choix illusoire. Il reprend aussi avec exactitude ce que dit son sujet et scelle parfois des phrases en les terminant par « n’es ce pas? ».

L’état d’hypnose est un état altéré et l’on a parfois du mal à se rendre compte que l’on est dans cet état.

L’amnésie hypnotique scelle la suggestion hypnotique dans la matrice de la créativité inconsciente. Cela permet donc un meilleur travail tout comme la suggestion posthypnotique.

Deuxième Conférence

La modification par l’hypnose de l’orientation à la réalité: son utilisation thérapeutique

L’hypnose est une chose qui se passe dans le patient, c’est un rapport au monde et une appréhension particulière de la réalité. Pour faire rentrer une personne en hypnose, il faut comprendre comment elle s’oriente dans le monde. Se demander de quoi est consciente la personne et cette consciente dépend du contexte et de ce que fait la personne.

Dans un premier temps, il faut créer un excellent rapport avec la personne et accepter son orientation du monde et ses comportements. Pour cela, on ratifie ce qui est vrai pour le patient au moment où l’on parle.

A travers des démonstrations, Erickson montre comment une régression en âge peut ramener une séquence de comportement. Et c’est cette séquence qu’il faut comprendre et observer pour pouvoir intervenir. Il explique aussi le phénomène hypnotique qu’est la perte d’orientation spatiale. Je l’ai vécu personnellement et c’est surprenant.

Deuxième partie

L’hypnotiseur se doit donc de jouer avec l’orientation du patient pour la modifier. Et il doit cerner donc rétrécir la « zone » du problème au maximum. Il parle de disséquer la problématique au point de la détruire.

Pour limiter une phobie qui s’est généralisée, on doit commencer par délimiter le plus possible l’expérience d’origine. Le thérapeute doit chercher à modifier l’orientation du patient face à la réalité. Cela permet de changer de paradigme et c’est donc un recadrage.

Parfois lorsque nous envoyons un message avec une signification particulière, le récepteur du message comprend une autre signification. Il est important d’être convaincu que le patient peut développer tous ce qui est possible. Et il faut être convaincu de ce que l’on dit car dans le cas contraire notre incongruence sera perçue.

Milton utilise beaucoup le double lien à travers une question. Cela permet d’être sûr qu’une chose arrive. Lorsqu’il demande à une personne si elle préfère rentrer en transe debout ou assise, dans les deux cas elle rentrera en transe.

Troisième conférence, techniques d’inductions

L’hypnose consiste à orienter l’attention du sujet vers l’intérieur pour avoir accès aux apprentissages et aux ressources. Et l’induction hypnotique sert à modifier cette attention. Milton rencontrait rarement des résistances et lorsqu’il en était confronté, il s’en servait pour la contourner. Mais la résistance peut aussi être contournée en utilisant des négations.

Les êtres humains sont plein de croyances et celles ci peuvent fonctionner de manière très redoutables comme l’histoire de la mort auto-induite décrite par Erickson.

La plasticité cérébrale est une capacité du cerveau à ce qu’une partie du cerveau prenne la relève d’une autre zone qui a été détruite. Une partie détruite par une maladie ou un accident va emporter avec elle sa fonction. Celle ci peut être réapprise par une autre zone du cerveau.

Lorsque l’on rencontre une difficulté, Erickson propose d’y aller pas à pas en réduisant par exemple de 1% le mal puis de 5% et puis de 10%, etc… Il s’agit là d’un apprentissage.

Il utilise le doute pour induire l’état recherché en faisant en sorte que les patients se posent des questions sur le moment ou cela va arriver. Par exemple, es ce que cela ira mieux mardi, ou bien jeudi, etc…

Il intervient parfois de façon vraiment violente en choquant ses patients. Cette manière d’intervenir comme la surprise correspond à la rupture de pattern. C’est une technique qui sert à déstabiliser le patient et permettre une ouverture d’esprit.

Quatrième conférence Une introduction à l’étude et à l’application de l’hypnose dans le contrôle de la douleur

Erickson a une vision très particulière de la douleur comme une entité composée de 3 types de douleurs. La douleur totale serait composée du souvenir de la douleur passé, de la douleur réelle ainsi que de la potentielle douleur qui pourrait arriver.

Il utilise à plusieurs reprises l’idée de diviser pour régner. C’est à dire de décomposer la douleur avec le maximum de détails possibles et de petites parties puis de les traiter une à une. Pour lui, le fait de décomposer la douleur va permettre par la suite de la réduire ou de la déplacer. Il cherche surtout à déplacer l’attention que l’on porte à notre corps vers un endroit qui n’a aucune douleur. On peut aussi utiliser la dissociation pour se séparer de ses sensations physiques.

Pour faire rentrer une personne, il s’agit de créer une séquence d’acceptation. Il s’agit donc à faire en sorte que le patient dise oui à l’intérieur comme à l’extérieur.

La résistance peut être utilisée comme induction en la ratifiant et en proposant justement au patient de résister d’avantage. Alors il commence à nous suivre et le mot résistance devient un simple mot. Le mot résistance ne résiste pas en soit…

Une partie du chapitre décrit la technique d’auto-hypnose de Mme Erickson.

L’inconscient et le conscient sont deux entités qui fonctionnent de manière dynamique. Parfois lorsque nous avons des comportements négatifs, nous souhaitons consciemment voir disparaitre ce comportement. Pourtant nous insistons et le comportement perdure alors l’inconscient punit d’une certaine manière le conscient. « Bien tu veux arrêter de te faire du mal mais tu as vu tu continus, alors je vais te punir pour cela ». Et on recommence…

Point fort du livre

C’est un livre plein d’histoires racontées par Milton Erickson et certaines sont vraiment étonnantes. C’est pourquoi je recommande ce livre. Vous en apprendrez beaucoup sur l’hypnose thérapeutique et sur les différentes techniques. Je suis toujours surpris par ce que j’apprends à travers les livres d’hypnose et je trouve cela fascinant. Alors j’espère que cela vous en amènera autant que pour moi que pour vous. Les histoires d’Erickson sont vraiment palpitantes parce qu’elles mettent vraiment en avant les actions réalisées et les réactions qui en découlent et parfois je suis vraiment étonné de ce que je lis.

Point faible du livre

Je pense qu’il faut avoir un minimum de connaissances en hypnose pour le lire. Sinon il y aura plein de choses que vous ne comprendrez pas.

Fin

Pour retrouver le livre, cliquez ici.

Pour avoir plus de commentaires, allez ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On FacebookCheck Our Feed