Le recadrage, technique de pnl

Le recadrage

Aujourd’hui on va voir ensemble un processus utilisé en thérapie pour provoquer le changement, à savoir le recadrage.

Le recadrage, technique de PNL

Résumé

La capacité de « faire voir différemment », de « se placer d’un autre point de vue », de « prendre en compte d’autres facteurs » permet de mettre fin à de nombreux problèmes existentiels ou conflictuels. Le vilain petit canard ne changea-t-il pas d’attitude face à la vie au moment même où il se recadra futur beau cygne ?

Largement répandu dans la vie quotidienne et dans la littérature, le recadrage revêt toute sa force lorsqu’il est employé intentionnellement dans une relation d’aide thérapeutique.

Ce livre montre comment effectuer un recadrage. Il en présente les modèles, à partir des séminaires des fondateurs de la PNL.

Les dialogues retranscrits ici indiquent, étape par étape, comment procéder, quel que soit le problème à résoudre : personnel, familial, professionnel, addiction à la drogue, à l’alcool, etc.

Il est le premier à offrir par l’exemple, au praticien averti comme au profane, l’éventail complet des possibilités de cet outil pédagogique et psychologique extrêmement efficace.

Écrit par R. Bandler et J. Grinder, Edition de 2014, 247 pages.

Chronique du livre Le recadrage, transformer la perception de la réalité avec la PNL

Le livre est une retranscription d’un séminaire de Bandler et Grinder. Un séminaire sur la programmation neurolinguistique qui aborde un outil précis de la pnl à savoir le recadrage.  Ce livre n’est pas pour tous le monde et je le conseille pour:

  • Des personnes qui connaissent déjà bien la pnl
  • Ceux qui utilisent l’hypnose
  • Les coachs
  • Les thérapeutes

Les personnes intéressées par:

  • La thérapie
  • La thérapie de couple
  • De famille
  • Régler des problèmes au sein de systèmes (groupe de 2 ou plus) comme exemple les entreprises

Si vous ne connaissez rien à la pnl ni à l’hypnose, ce livre risque d’être compliqué pour vous et je vous invite à retourner sur la page de mes sources pour mieux vous orienter sur les lectures.

Ce livre aborde le recadrage en 6 points et la résolution de problèmes au sein des couples, familles et entreprises.

Le livre est construit en 3 parties, une première qui explique le recadrage, une seconde qui propose l’intervention du recadrage en 6 étapes. Et la dernière propose le recadrage au sein des systèmes.

Le recadrage, qu’es que c’est?

Dans la vie de tous les jours, on vit des événements et on perçoit des informations de notre environnement. On ressent, on voit, on entend, on touche, et on transforme cette perception puis on réagit par rapport à cela. Le recadrage vise non pas à modifier ce qu’on a vécu car c’est impossible puisque c’est déjà passé. Mais on cherche à transformer notre interprétation des événements pour avoir une réaction constructive et aidante plutôt que destructrice et limitante. Le recadrage vise à nous donner plus de choix dans notre manière de percevoir les choses.

Lorsqu’on perçoit un message de l’extérieur, il y a l’intention du message et donc de l’émetteur (le monde et les autres)  et il y a le message perçu par le récepteur (vous).

Le recadrage vise à modifier la signification et le sens que l’on donne à ce qu’on perçoit pour que cela soit plus utile pour nous.

C’est aussi proposer une explication différente de ce que l’on a par rapport à un événement. Le recadrage est à la base bien sur naturel et nous l’avons tous déjà vécu.

Petit exemple

Une personne court dans la rue et nous bouscule et renverse toutes nos affaires. On jure et on est énervé et l’on se dit que la personne est vraiment idiote et qu’elle ne fait attention à rien. On a une perception négative de la personne et l’on va se sentir agacé une grande partie de la journée.

L’idée du recadrage est de donner une explication différente de ce que l’on perçoit de l’autre et penser autre chose que « la personne est débile et ne fait attention à rien ».

Le recadrage c’est proposer d’autres explications comme par exemple: l’homme qui vous a bousculé vient peut être de recevoir un message de sa femme qui va accoucher à l’hôpital et n’a donc pas pris le temps de faire attention à vous.

L’idée est de trouver une explication alternative à la première chose que vous avez pensée. Mais cela demande plus d’efforts cognitifs, c’est pour cela qu’on sort la plupart du temps une connerie pour expliquer les comportements des autres.

Recadrer pour changer

Le recadrage en thérapie a pour but de modifier l’explication de comportements négatifs que vous avez. La première solution est de trouver un contexte où votre comportement négatif est utile.

Par exemple recadrer le stress peut ressembler à cela:

Vous savez le stress augmente le rythme cardiaque et permet aux muscles et au cerveau d’avoir un afflux sanguin plus important que la normale pour réagir plus vite. Chez certaines personnes, le stress indique qu’ils sont face à une croyance limitante et c’est pour eux l’occasion d’apprendre et de se dépasser. Le stress est alors non pas stoppant mais stimulant.

Là, je vous ai proposé une alternative au fait de penser que le stress est quelque chose de négatif.

Cela parait simple vu comme cela mais en réalité, le recadrage bien effectué amène la personne à se réorganiser intérieurement. C’est comme une nouvelle formation d’impression que l’on voit en gestalt. L’idée est que nous avons des informations sur l’événement comme si nous avions plusieurs pièces d’un puzzle et l’on va chercher à réajuster les pièces entre elles pour percevoir quelque chose de plus utile. C’est donc mettre en évidence une nouvelle forme sur un fond différent et cela peut être semblable à un Eurêka en mathématiques.

Le recadrage est partout, à partir du moment où vous utilisez le méta-modèle en pnl, vous recadrez. Travailler sur les erreurs de pensées en TCC c’est recadrer. Changer de point de vu c’est recadrer. Les blagues et les histoires à chute, c’est du recadrage.

Le recadrage c’est comme son nom l’indique, utiliser un cadre différent pour observer les choses que nous vivons.

Le recadrage en 6 points

L’idée de parties

Le recadrage en 6 points est un protocole pour modifier des comportements précis. Il peut être utilisé dans les situations suivantes:

  • Arrêter un comportement X mais ne pas y arriver
  • Réaliser le comportement Y mais quelque chose nous en empêche

Le modèle de la pnl part avec le point de vue que nous avons des « parties » qui gèrent certains comportements. C’est lorsque l’on travaille par exemple et on dit « qu’une petite voix vient nous déranger et nous en empêche ». C’est lorsque l’on est confronté à un « mais », j’ai envie de me mettre au sport mais je n’y arrive pas. Une partie de la personne s’interpose et n’est pas d’accord avec non pas d’atteindre l’objectif mais de passer par ce chemin là.

Les différentes parties qui rentrent en conflit cherchent à répondre à des besoins de la personne, sécurité, dépassement de soi, estime de soi, maigrir, prendre du muscle, travailler, s’amuser, etc…

Mon point de vue est que les parties répondent à des « valeurs ». Cela nous arrive souvent d’être confronté à plusieurs choix différents. Ces choix veulent répondre à des besoins qui ne sont pas forcément en coordination. Mon avis est qu’il y a comme une dissonance cognitive entre deux partie et un jeu de corde se crée. Deux parties peuvent alors entrainer de fortes tensions et du coup créer des formes de symptômes dans le pire des cas.

Le symptôme

Le symptôme est une partie de la personne qui cherche à réaliser quelque chose en installant un symptôme. Oui c’est contre intuitif.

Si le symptôme permet à la personne de répondre à un besoin caché à la partie consciente, il reste présent tant que la partie consciente ou inconsciente n’a pas trouver un moyen plus adéquate pour répondre au même besoin/objectif atteint par le symptôme. Une personne continuera à rougir en public tant qu’elle n’a pas trouvé un autre moyen d’attirer l’attention sur elle.

Bref vous l’aurez compris, cela nous arrive parfois de dire lorsqu’on pense des insanités « mais ce n’est pas moi ça », c’est typique de l’expression d’une partie de vous.

Pour les initiés à l’analyse transactionnelle, parler d’un parent, d’un enfant et d’un adulte revient à parler de « parties ». Mais je peux pas m’avancer plus en AT, je n’ai encore rien lu dessus.

Identifier la partie

Le premier but est d’identifier la partie responsable de ce qui nous gène. Pour cela on va utiliser des questions du méta-modèle donc les phrases qui vont suivre peuvent être rajoutées à votre dictionnaire du méta-modèle. Je rappelle que c’est un ensemble de questions utilisées en pnl dans les discussions avec les patients/clients pour provoquer le changement. C’est un outil puissant.

Le but va être d’identifier la « fonction » ou le « besoin d’une partie » ainsi que le « comportement » mis en place.

Pour vous aider, vous pouvez mettre un mot sur cette partie comme par exemple:

  • celle qui veut jouer
  • celle qui veut ravailler
  • réussir
  • Maigrir
  • Etre satisfait
  • Se dépasser
  • Avoir le sentiment de sécurité
  • Etc…

Méta-modèle

Ensuite on utilise le méta-modèle:

  • Qu’es que la partie me pousse à avoir comme comportement? Gardez en tête la réponse que l’on nomme ici X.
  • Qu’es que la partie essaie de me faire faire en ayant le comportement X? Réponse Y
  • Quel est l’intérêt d’atteindre Y?
  • Et la réponse Z que vous obtenez est la fonction de la partie
  • Vérifier avec la phrase suivante: Si je fais X alors j’obtiens Y
  • Le recadrage a pour but de trouver une alternative à X qui vous correspondra davantage

Exemple:

Lorsque je travaille, j’ai une partie qui me pousse à arrêter de travailler (comportement X). Qu’es que la partie essaie de faire en me poussant à arrêter de travailler? Elle me pousse à aller m’amuser (réponse Y). Quel est l’intérêt d’aller s’amuser? (Réponse Z). L’intérêt est de me faire plaisir et de vivre de bons moments.

Votre partie qui vous pousse à arrêter de travailler à comme fonction de vous faire plaisir et de vous faire vivre des moments agréables.

Si on utilise le méta-modèle pour la partie qui nous fait travailler: J’ai une partie qui me pousse à travailler. Qu’es que la partie essaie de faire en me faisant travailler? Elle me pousse à réaliser des choses intéressantes et d’apprendre de nouvelles choses. Quel est l’intérêt d’apprendre de nouvelles choses? L’intérêt est de me développer et de me satisfaire de façon professionnelle.

Il faut bien distinguer ce qu’on obtient et comment on l’obtient, le résultat et le comportement. 

Si à travers le méta-modèle vous retombez sur un comportement à la seconde question, recommencez avec la nouvelle réponse.

Technique de recadrage

Le but de cette technique est de trouver un comportement utile et intéressant pour 2 ou plus de parties qui rentrent en conflit. On peut aussi créer une nouvelle partie pour obtenir de nouveaux résultats.

1 Identifier l’objectif ainsi que la fonction que l’on souhaite remplir. Pour cela reprenez les questions au dessus.

2 Se remémorer tout les souvenirs qui ont déjà permis de remplir la fonction Y. L’idée est de retrouver tous les souvenirs et de les recréer avec les sous modalités. Une fois que les états sont bien revenus, on peut utiliser l’ancre pour y ré accéder.

3 Créer un ensemble visuel et auditif de ce que la partie va nous faire faire comme comportement pour obtenir la fonction Y. D’abord en dissocié puis en associé, si ce n’est pas satisfait, recommencer. Ce qu’on entend par dissocié, c’est se voir dans la situation où l’on réalise le comportement. Associé c’est rentrer à l’intérieur de son corps dans cette situation imaginaire pour vivre ces nouveaux comportements.

4 Vérifier l’écologie de la personne. Es ce qu’il y a une partie qui n’est pas complètement d’accord avec cette nouvelle partie? Mettre en place un signaling oui/non.

Lister toutes les parties qui objectent.

5 Satisfaire les parties qui objectent.

6 Demander à la partie inconsciente de relever tout les éléments les plus importants pour réaliser le comportement. Les éléments importants sont d’ordre sensoriel.

7 Tester les nouveaux comportements puis créer un pont vers le futur. En gros faire imaginer la personne dans une situation future où elle pourrait avoir besoin de son nouveau comportement.

But du recadrage

Le but va être de créer plus de choix chez la personne. D’après Bandler dont j’apprécie le point de vue est que 2 options est un dilemme. Le réel choix commence lorsque l’on a 3 options ou plus. Plus on a d’options pour réagir face à un événement plus on sera libre et on aura une flexibilité comportementale plus élevée. Donc une liberté et une capacité d’adaptation accrue.

Pour proposer du choix on installe un signaling. C’est lorsqu’une partie va se manifester par des mouvements inconscients. Comme un doigt qui bouge ou une sensation particulière qui s’installe. Certaines personne parleront d’intuition, etc… C’est une technique d’hypnose.

Se recadrer seul est une technique que je n’ai pas encore testée. Le but est de se dissocier comme se projeter visuellement sur une chaise à côté de nous puis de faire du recadrage comme avec une personne à coté de nous, sauf que là c’est vous que vous imaginez. Par contre faut être déjà bien barré pour cela et créer une transe avec des hallucinations.

On peut aussi utiliser la technique du chevauchement. Je l’ai testé avec une amie. Je me suis d’abord synchronisé sur elle puis je l’ai questionné sur un sujet qu’elle souhaitait changer. Elle entend 2 voix différentes dans sa tête qui se « battent » en quelque sorte. Elle a pu me décrire cela comme le petit ange et le petit diable sur les épaules. Ici on a bien 2 « parties » qui tirent toutes deux dans un sens contraire. J’ai effectué le chevauchement comme suit: je lui ai proposer de se concentrer sur le son de la voix « endiablée » et de bien l’entendre distinctement. Puis je lui ai fait prendre conscience de son corps au même moment. On a découvert tout les deux un élément intéressant, elle avait du mal à respirer lorsqu’elle entendait cette voix.

Le recadrage dans un système

Je rappelle que les systèmes sont tous les groupes composés d’au moins 2 personnes et ils prennent donc en compte:

  • Les couples
  • Les familles
  • Les organisations (entreprise, etc…)

Le recadrage fonctionne comme sur un individu car chaque personne représente une « partie ». Le but du jeu va être de trouver un moyen de négocier entre les parties pour arriver sur un terrain d’entente.

Pour modifier tout le système, le plus simple serait de pousser l’élément le plus flexible du système à avoir un nouveau comportement. L’élément le plus flexible est l’élément capable d’attirer l’attention de tout le système en un instant. Et bien sûr attirer l’attention n’est pas uniquement avec du verbal mais aussi avec du paraverbal.

Par contre modifier un système alors qu’on en fait parti est beaucoup plus difficile.

Le recadrage est utile lorsqu’il y a un conflit entre différentes parties.

Les parties peuvent être observées lorsqu’il y a une incongruence dans les messages verbaux et paraverbaux chez une personne. Bandler parle d’incongruence simultanée lorsque les deux parties s’expriment en même temps. Sinon c’est une incongruence séquentielle. Le recadrage en 6 points proposé dans ce livre ne fonctionne que pour une incongruence simultanée. Bandler propose donc d’utiliser l’ancrage pour passer d’une incongruence séquentielle à une incongruence simultanée. En gros, ancrer les deux états séparément puis activer les ancres simultanément.

Les incongruences séquentielles prennent en compte les états dissociés comme les états créés par des substances chimiques à savoir les psychoactives.

Pour finir

Bandler et Grinder nous proposent un outil utilisé en hypnose comme la technique de thérapie pseudo orientation temporelle. Derrière ce mot étrange se cache une technique très particulière qui vise à jouer avec le passé, le présent et le futur de la personne.

Le but est de créer une transe et de projeter la personne dans le futur en imaginaire à un moment où la personne a déjà changée. Le but est de pousser la personne à nous citer les changements que la personne a vécu en imaginaire de sorte à les lui donner une fois la personne sortie de transe. C’est un peu complexe mais en gros c’est l’idée de jouer sur la perception du passé du présent et du futur ou d’inverser les causes et les effets.

Étendre le changement intelligemment 

Pour éviter les effets secondaires indésirables des changements, il faut replacer le changement et donc l’objectif dans le contexte. En gros voir le changement dans sa globalité et vérifier l’écologie de la personne. C’est trouver le méta-objectif et utiliser comme question du méta-modèle la suivante:

  • Qu’es que cela va vous apporter d’atteindre l’objectif X?

C’est une partie de l’écologie et le but est de vérifier les avantages et les inconvénients du changement pour être certain qu’ils correspondent à la personne.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On FacebookCheck Our Feed