La résistance au changement pour répondre au besoin

Après t’avoir parlé de l’utilisation de l’auto hypnose pour apprendre à changer, il y a une personne qui m’a demandé comment on faisait pour utiliser la résistance comme levier de changement. Alors dans cet article je vais tenter de répondre à cette question en parlant de la résistance au changement pour répondre au besoin. On va voir

  • Pourquoi on arrive pas à changer
  • La transe du problème (encore)
  • La résistance au changement ainsi que sa signification
  • A quoi sert le symptôme
  • 2 exemples d’utilisation de la résistance (dont 1 personnel)
  • Une technique pour utiliser la résistance

Sache qu’il y a déjà un cours d’auto hypnose dans lequel je parle de cette approche.

Pourquoi on n’arrive pas à changer

Tu te souviens je t’avais parlé de la transe du problème dans l’article précédent. On va entrer un peu plus en détail dans la situation qui bloque.

En temps qu’être humain on est parfois (voir même souvent) pas très intelligent, je me compte dans le lot. Quand on veut absolument obtenir un résultat on tente un premier comportement comme appuyer sur un bouton si tu veux une métaphore.

Et on fait quoi quand ça ne marche? Bah on recommence à appuyer sur le même bouton comme un crétin en se disant « ça va bien finir par marcher! ».

C’est ce qu’il se passe quand on est dans une situation problématique, on tente toujours la même approche en espérant que ça porte ses fruits à un moment.

Quand j’ai débuté l’hypnose de rue, je n’étais (absolument) pas à l’aise. La première séance a été un désastre et j’étais très stressé. Je me suis dit « oh oui nat c’est en recommençant que je vais m’améliorer »…

Oui et non… Je me disais que pour avoir confiance en moi il fallait que je recommence suffisamment longtemps. Qu’es qui s’est passé? Et bien mon stress s’est généralisé à d’autres situations qui allaient très bien jusqu’à présent.

Et puis un jour j’ai découvert les Thérapies Cognitives et Comportementales. Alors oui j’ai recommencé à faire de l’hypnose de rue… mais pas de la même façon. C’est là que ça a commencé à devenir intéressant.

Quand un comportement ne marche pas, il vaut mieux changer le plus rapidement possible ce comportement !

La transe du problème

Oui je sais je répète mais c’est pour que ça rentre dans ta petite tête. Dans la transe du problème on est dans un état de conscience bien particulier. Une transe dans laquelle on ne voit qu’un seul bouton. On est limité en ressources parce qu’on est absorbé par l’émotion ou le symptôme.

En hypnose on dit qu’on a fait le tour de nos ressources conscientes.

Et faire de l’hypnose vise à élargir notre réalité du problème pour… voir d’autres solutions. Et là en général durant la séance ça fait « oh mais oui j’avais pas du tout vu ça comme ça! » Tu vis alors un recadrage et tu changes le paradigme de ton problème, ou les lunettes avec lesquelles tu le regardes si tu préfères.

La résistance au changement

Ce qui fait que le problème persiste c’est que ta partie inconsciente et / ou ton corps tire dans le sens inverse de ta conscience ou de ta volonté.

  • J’aimerai bien arrêter de fumer mais j’y arrive pas
  • Je veux faire du sport mais…. j’ai pas le temps ou je veux pas changer mon alimentation
  • J’aimerai bien lui dire ce que je ressens mais j’y arrive pas

La résistance c’est comme faire le jeu de la corde avec une partie de nous.

la résistance au changement

Et parfois ce petit jeu avec nous même peut durer des années! Le problème ici c’est qu’il y a une dépense d’énergie considérable au niveau de la résistance. Energie qui pourrait être utilisée de façon créatrice et intelligente pour changer.

La résistance se retrouve avec tellement d’énergie que tous ce qu’elle s’est faire c’est créer… un symptôme… Histoire de dire « les gars il y a un truc qui va pas ici! »

La résistance signifie besoin non rempli

Je ne vais pas l’expliquer dans cet article car ce serait trop long. Pour les curieux, il existe des associations très intéressantes entre:

  • La théorie de la gestalt
  • Le mécanisme d’hypnose
  • Le changement
  • Et la résistance

Si tu comprends ces 4 points tu as compris l’essence même du changement.

La résistance au changement signifie qu’il y a un besoin

  • Physiologique
  • Physique
  • Psychologique
  • Ou émotionnel

Qui n’est pas rempli ou incomplet.

La résistance au changement indique ce besoin non rempli d’une manière ou d’une autre histoire de compenser un déséquilibre dans l’organisme.

Résistance et symptôme

Le symptôme est une réaction du corps, ni plus ni moins. Ce qu’on nomme symptôme est une réaction corporelle inhabituelle qui arrive dans une situation qui n’a pas lieu d’être.

Transpirer abondamment en plein soleil alors que tu marches depuis 40 minutes avec un gros dénivelé quand il fait 35°C c’est normal.

Par contre transpirer énormément en hiver dans une salle de cours avec une absence d’activité physique n’est pas normal.

Toute réaction corporelle est utile et normal dans un contexte précis.

C’est normal d’avoir des périodes où l’on pleur énormément après la perte d’un proche.

Par contre ce n’est pas normal d’avoir des rougeurs excessives au niveau du visage quand je suis chez moi en toute sécurité.

Bien sur il est important de remettre dans le contexte la réaction corporelle en question. Et ce qui est normal pour moi peut ne pas l’être pour mon voisin et vice versa.

La fonction du symptôme

Le symptôme a une fonction d’appel pour dire « hey mon gars j’ai trop mal à la tête ce serait bien d’arrêter de faire de l’ordinateur! ».

C’est une fonction d’appel pour nous indiquer qu’un besoin

  • Physique
  • Physiologique
  • Psychologique
  • Emotionnel

N’est pas rempli et que l’organisme a besoin de quelque chose pour créer un nouvel équilibre et créer un changement.

Les glouglous du ventre peuvent être perçu comme un symptôme. Un symptôme dont on connait très bien le besoin non rempli.

C’est notre ventre qui dit « hey j’ai faim il serait peut être temps d’aller manger! ».

Le problème avec les symptômes psychosomatiques est qu’il s’agit de besoins bien plus complexes dont il est difficile de définir la nature quand on n’a pas appris à le faire.

Quand Nat est stressé…

Oui ça m’arrive tout comme toi parce que je suis humain même si je connais un grand nombre d’outils de changement. Vendredi dernier j’ai passé mon examen de code et j’étais stressé avant de le faire.

Mais j’ai envie de te parler d’une autre situation qui est un excellent exemple du processus utilisationnel de la résistance.

La première fois que ma copine est venue manger à la maison j’étais stressé à table le soir avec le reste de ma famille.

J’ai commencé à stresser et à avoir mal au ventre (symptôme). Et tu sais tout comme moi que lorsqu’on a mal au ventre il est difficile de manger…

Alors mes proches ont trouvé cela étrange.

Mais j’avais pas envie de dire à mes parents que je stressais… (résistance juste ici). A l’intérieur de moi j’entendais ma petite voix me dire « je suis stressé mais j’ai pas envie de le dire à mes parents).

Je n’ai absolument pas l’habitude de dire à mes proches ce que je ressens.

A ce stade on voit bien qu’un besoin psychologique n’est pas rempli. Mais lequel…? Je n’en sais absolument rien à un niveau conscient.

Jusqu’au moment où une petite voix intérieur que je sais reconnaitre comme ma partie inconsciente et intuitive (c’est ça qu’est cool avec l’hypnose…) me chuchote quelque chose.

Et là j’entends cette petite voix intérieur en dialogue interne me dire « Nat il serait peut être temps de dire ce que tu ressens là, tu crois pas? ».

A un niveau conscient ça faisait « non! ». Là on voit bien que je résiste à une partie de moi comme l’image l’illustre très bien au dessus.

Honnêtement j’avais peur de dire ce que je ressentais à mes parents mais j’ai eu le courage de le faire.

Et devine ce qu’il s’est passé?

Le stress a disparu…

J’ai dit ce que je ressentais à mes parents et à ma copine qui n’en savaient rien depuis le début.

Ce comportement précis est une ratification parce que je dis à voix haute ce que je ressens. « En ce moment je suis stressé »…

Dans la seconde qui a suivit mes proches ont rempli mon besoin psychologique manquant. J’avais besoin d’être rassuré mais je ne savais pas à un niveau conscient.

Ils m’ont rassuré en disant que je n’avais pas m’en faire pour le premier soir où j’invitais ma copine à la maison.

Dans les 5 minutes suivantes, j’ai vu mon stress chuter à une vitesse incroyable…

Que s’est il passé?

Ce soir là je voulais absolument me sentir bien dès le début. J’ai donc d’une certaine manière tenter de me faire des suggestions directes. Mais elles ont échouer.

Mes suggestions directes pour me sentir bien ont rencontré une résistance.

Au lieu de chercher absolument à repousser la résistance, je m’en suis servi en la ratifiant.

La résistance signifie qu’il y a un besoin non rempli. Si je connais la nature du besoin je peux faire des suggestions qui vont dans le sens.

Par contre si je ne le connais pas je peux laisser ma partie inconsciente le faire à ma place en utilisant justement la résistance.

Je sais que c’est complexe comme mécanisme.

Etant donné que je suis dans un état limité parce que je stress, si je communique ce qu’il se passe mon entourage ou l’environnement va pouvoir utiliser ses propres ressources pour répondre à mes besoins.

Il va par la suite y avoir une sorte de rééquilibrage et l’organisme va retrouver une homéostasie.

Pour être franc, je ne sais pas ce qu’il se passe, je ne sais pas comment ça fonctionne mais je sais que ça marche.

L’art du changement

Ce titre est le titre d’un livre de Paul Watzlawick, Giorgio Nardone.

C’est un livre qui fait le pont entre les travaux de Milton Erickson et les TCC actuelles. Je t’encourage vivement à le lire si tu veux devenir praticien en hypnose ou être accompagnateur dans le changement. C’est une tuerie!

Je voulais te rapporter un cas qui illustre très bien le processus utilisationnel présent dans ce livre.

Un homme aux problèmes d’érections

Le cas parle d’un homme qui avait des problèmes d’érections, le truc vraiment pas cool. Je voudrais que tu sois très attentif à cette partie pour comprendre à quel point ce mécanisme de changement est utilisable dans énormément de situations.

Je m’en sers personnellement pour me sentir épanoui avec ma copine.

L’homme en question avait des problèmes d’érections, problème survenu à un moment donné dans sa vie. On ne sait pas pourquoi, on sait juste que c’est arrivé.

Cet homme avait une facilité à séduire les femmes. Mais avec son nouveau problème sa plus grande peur était que les femmes s’en rendent compte. Donc il séduisait les femmes jusqu’au moment où il allait pouvoir passer une nuit. A ce stade il refusait de peur qu’une femme se rende compte de son problème.

On voit bien un comportement d’évitement ici de la part de cet homme. Qui plus est tu sais tout comme moi ce qu’il se passe si j’attire une fille vers moi puis qu’à un moment je commence à la repousser.

C’est le principe du Push and Pull en séduction, c’est un processus d’utilisation de la résistance pour séduire mais ça c’est une autre histoire.

Analysons la situation

L’homme en question a un problème particulier, des problèmes d’impuissance, ça c’est notre symptôme (enfin le sien.. on s’est compris).

A un moment donné il résiste au changement en évitant la situation.

Sa plus grande peur est que les femmes s’en rendent compte. La résistance est juste ici.

Son comportement d’évitement est la source du problème qui maintient le problème comme un cercle vicieux infernal.

La résistance au changement

Dans le livre je ne sais plus si c’est Nardone qui s’en occupe. Quoi qu’il en soit, les 2 thérapeutes vont faire ce qu’on nomme une prescription de comportement.

C’est un procédé très utilisé par Milton Erickson.

On va pousser l’homme à vivre un moment intime avec une femme, à une condition. Qu’il choisisse un moment intime pour communiquer sa plus grande peur à la femme en question. C’est une forme indirecte de ratification aussi.

Et devine ce que l’homme a rapporté comme expérience aux 2 thérapeutes? Il explique avoir vécu l’une des nuits les plus agréables de sa vie.

Conclusion

Dans la plupart des situations de blocages, on rencontre une résistance au changement. On évite, on a peur, et on veut absolument pas que les autres s’en rendent compte.

On réalise toute sorte de comportements sécuritaires parce qu’on a pas envie de vivre le problème.

C’est la chose la plus contre intuitive en changement. Ces comportements sécuritaires maintiennent le problème.

Le plus simple est de repérer le plus rapidement possible la résistance. C’est la tâche la plus complexe. Le but est de la localiser, d’identifier sa nature.

Et on est parfois tellement absorbé par le contenu du problème qu’on n’arrive pas à la trouver.

Une fois qu’on tient la résistance, il n’y a plus qu’à:

  • La ratifier
  • L’amplifier
  • Aller dans son sens volontairement

Pour revenir à cet homme en question, le besoin manquant était de sentir suffisamment excité pour avoir des rapports. En communiquant son besoin, il pousse la femme avec qui il est de trouver des ressources pour créer l’état en question.

Et la question miracle c’est:

De quoi tu as besoin pour te sentir…. (état ciblé)?

On peut même aller plus loin, qu’es que tu as besoin de:

  • Voir
  • Entendre
  • Ressentir

Pour te sentir en sécurité, rassuré, confiant, à l’aise, excité, motivé, etc…

A toi de voir l’état que tu recherches dans l’instant.

Fin

Voilà je te laisse tester cette technique. Si tu as déjà utilisé cette technique par le passé pour provoquer des changements intéressants, je te laisse le mettre en commentaire.

/ 5. Votes:

Rendez-vous sur Hellocoton !
Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On FacebookCheck Our Feed