Intégral Des Articles De Milton Erickson

L’Intégral Des Articles De Milton Erickson est un ensemble de 4 livres assez épais sur les travaux de Milton Erickson le papa de l’hypnose moderne. Et ici je présenterai le premier tome.

Intégral Des Articles De Milton Erickson

Résumé:

Ce premier tome de l’intégralité des articles de Milton Erickson sur l?hypnose, décrit le développement par Erickson d’une approche non autoritaire et indirecte de l’hypnose et de la suggestion. On y voit comment les sujets font l’expérience des phénomènes hypnotiques en utilisant leurs propres ressources et les apprentissages qu’ils tirent de leurs expériences de vie.

L’ouvrage est subdivisé en quatre parties. La Première Partie, De la nature de l’hypnose, regroupe les recherches et les réflexions de Erickson à propos des phénomènes hypnotiques, et des réalités hypnotiques et non-hypnotiques. À travers des expériences de somnambulisme, d’hallucinations dans toutes les modalités sensorielles, de régression, d’hypermnésie, d’amnésie, de distorsion du temps et d’autohypnose, il en précise la nature et la portée. En particulier, ses travaux avec Aldous Huxley ouvrent sur une description fascinante d’états modifiés de conscience.

Dans la Deuxième Partie,

Techniques de l’induction de transe, Erickson nous présente les diverses techniques qu’il a développées pour induire le comportement de transe, lévitation de la main, hypnose profonde, techniques naturalistes, techniques d’utilisation, techniques de confusion, techniques de pantomime, etc. Toutes ces techniques utilisent les propres comportements spontanés et naturels du sujet, y compris ses résistances, pour orienter l’attention du sujet sur ses apprentissages et ses expériences de vie, et faciliter progressivement le comportement de transe. Elles montrent toutes à quel point les suggestions indirectes et les signes minimes qui suscitent et utilisent les associations propres du sujet sont les véritables fondements du savoir-faire de l’hypnothérapeute.

La Troisième Partie,

De la nature de la suggestion, s’intéresse aux différentes formes de suggestions, en particulier au double lien, à la communion à deux niveaux, aux formes indirectes de suggestion, et fait le point sur la nature et les caractéristiques du comportement post-hypnotique.

Enfin, la Quatrième Partie, À propos des éventuels dangers de l’hypnose, démontre que seule l’ignorance peut amener à des interprétations dangereuses de l’hypnose, alors que les expériences menées par Erickson prouvent qu’on ne peut abuser les sujets hypnotiques ni les amener à des comportements antisociaux.

Articles rédigés par Milton Erickson, Edition 2009, 692 Pages

Chronique L’Intégral des Articles De Milton Erickson Tome 1

Je lis des ouvrages sur l’hypnose et la programmation neurolinguistique depuis janvier 2015. J’avais déjà lu des ouvrages de Milton Erickson et je voulais passer avec l’Intégral des Articles de Milton Erickson à un niveau supérieur. J’aime lire Milton Erickson et découvrir ses anecdotes à propos de ses patients. Je suis souvent surpris et étonné du génie que peuvent développer les gens pour se sortir de leurs problèmes.

Il m’a fallu un mois et demi pour lire cet ouvrage. Je suis plutôt satisfait parce qu’il est tout de même gros. Qui plus est, il est composé de passages qui ne sont pas toujours simples à lire.

Voilà ce que vous découvrirez à travers ce livre:

  • Différentes expériences pour comprendre d’où vient l’hypnose
  • Une grande partie sur l’auto hypnose (J’ai rédigé un Guide sur l’Auto Hypnose ici)
  • Une partie pour comprendre les suggestions (très poussée)
  • Une dernière partie sur les dangers de l’hypnose (qui honnêtement m’a un peu endormi)
  • Une partie sur l’éthique et les attitudes de l’hypnotiseur (très intéressante)

Ma chronique sera par contre organisée différemment.

L’Intégral Des Articles De Milton Erickson, pour qui?

Étant donné que c’est un gros livre, je vous déconseille de le lire si vous venez tout juste de découvrir l’hypnose. Le livre risque de vous ennuyer car il est très complexe. Je vous recommande le livre si vous avez:

  • Expérience solide en auto hypnose (pratique d’une bonne année régulière)
  • Un minimum d’expérience en tant qu’hypnotiseur (cabinet ou hypnose de rue, environ 50h)
  • Vous avez déjà lu des livres de Milton Erickson
  • Un premier niveau de formation dans un institut privé comme l’Arche

Bien évidemment ce ne sont que des conseils pour éviter que le livre vous ennuie. De plus s’il vous manque des connaissances, vous risquez de ne pas tout comprendre. Néanmoins vous êtes libre de faire comme bon vous semble. Personnellement j’ai tendance à lire et relire des ouvrages avec entre 2 lectures une grande période d’expériences. Cela me permet d’avoir une approche différente du livre.

Une définition de l’hypnose complexe

C’est assez difficile d’expliquer ce qu’est réellement l’hypnose alors ça l’est encore plus de donner une définition courte. L’Intégral Des Articles De Milton Erickson nous en donne plusieurs. Et j’ai voulu vous offrir celle qui me paraissait la plus pertinente à mes yeux.

Intégral Des Articles De Milton Erickson
Définition page 54

 

Au début du livre, Milton Erickson explique une expérience qui permet de comprendre que l’état d’hypnose nait chez l’individu lui même. L’opérateur n’est pas à l’origine de la transe mais c’est bel et bien le sujet qui la crée. L’hypnotiseur ne donne que des suggestions qui vont activer ou non des apprentissages passés du sujet. Dès lors on comprend le sens du mot Subjectif en ce qui concerne l’hypnose. Chaque individu a ses propres bagages d’apprentissages portés par son histoire personnelle. Il est donc impossible que 2 sujets réagissent de la même façon face à une même suggestion. Et encore moins possible de standardiser une expérience d’hypnose.

Les biais cognitifs en hypnose

J’ai été surpris du coté si scientifique de Milton Erickson. Il veut vraiment s’assurer que ses sujets sont bien en état d’hypnose et ne sont pas en train de feindre une transe. Il savait déjà que certains facteurs viennent influencer la séance. Aujourd’hui on sait que ces facteurs sont les biais cognitifs. Des pensées et des croyances qui vont influencer notre perception sur la transe vécue par le sujet.

Erickson cherche souvent à vérifier qu’un sujet est bien en transe. Il veut s’assurer que la personne n’est pas en train de simuler une transe. En hypnose de rue, il m’arrive aussi parfois de rencontrer des sujets qui vont résister par pur provocation. Puis d’autres qui vont simuler juste pour vous faire plaisir.

Jean Dupré (formateur à l’Arche) a laissé un document sur le groupe Facebook français d’Hypnose des différents biais cognitifs. Il est juste ici >>  Les biais cognitifs.

Les vrais phénomènes hypnotiques

Les réels phénomènes hypnotiques que l’on pourra observer sont ceux que l’on n’aura pas suggérer directement. Pour la bonne raison qu’on écarte le risque de simulation du sujet. Dans une séance d’hypnose les biais cognitifs sont important à prendre en compte. Si on suggère directement, les sujets peuvent résister par provocation ou nier un phénomène. Et à l’inverse, certains vont simuler juste pour vous faire plaisir.

Les phénomènes les plus impressionnants que j’ai vécu en auto hypnose je ne les ai pas prévu. C’est pour la même raison que je ne prévois pas ce que je vais faire dans une séance avec un sujet. Cela me permet de rester présent avec l’autre et éviter d’être dans ma tête en train d’anticiper. Cela permet une meilleur synchronisation et un meilleur tri sur l’autre.

Donc si on cherche à provoquer une amnésie ou une hallucination, ce n’est pas intéressant de les suggérer directement.

Reconnaitre une transe

La transe hypnotique est décrite dans l’Intégral Des Articles De Milton Erickson comme l’absence de réactions ou l’inadaptation aux stimuli présent dans l’environnement.

Intégral Des Articles De Milton Erickson

Voici quelques indications pour reconnaitre la transe:

  • Dilatation des pupilles / ralentissement mouvement oculaire
  • Modification du tonus musculaire ainsi que des mouvements du corps, économie particulière des mouvements
  • Ne pas percevoir le temps qui passe
  • Ne pas être gêné par une attente dans la réponse à l’opérateur
  • Absence de réaction habituelle de surprise
  • Pas d’adaptation physiques aux stimuli externes (sensoriel)
  • Absence de réaction à de nombreux stimuli externes (images, sons, etc…)
  • Incapacité à percevoir certains stimuli présents dans l’immédiat
  • Limitation ou altération de la perception de la réalité

Cet été, j’ai travaillé dans les champs en tant que saisonnier (j’ai besoin de sousous pour mes formations 😉 ). L’autre jour je travaillais dans les champs et un collègue Lucas devait me passer des pieds de tabac pour que je les accroche, bref je vous passe les détails. Il les tenait debout dans le champ et moi j’attendais qu’il me les tende. Le gars était là debout les yeux dans le vide et j’ai même fait un signe de la main pour qu’il me les passe. Il n’a réagit qu’au bout d’une bonne minute avec les yeux qui ont clignés plusieurs fois comme s’il venait de se réveiller. Et il était clairement dans ce qu’Erickson appelle Une transe de la vie quotidienne.

Développer des stratégies d’hypnotiseur

Dans cet exemple, j’apporte un stimuli (mon mouvement de la main) mais Lucas ne réagit pas tout de suite et ne le voit même pas. J’ai clairement pu vérifier qu’il était bien en état de transe. J’ai observé une absence de réaction à un stimuli visuel que j’ai rajouté dans l’environnement. Qui plus est ce stimuli était dans son champ de perception mais n’a pas été perçu consciemment.

Intégral Des Articles De Milton Erickson

Pour vérifier qu’un sujet est bien en transe, on peut apporter des modifications dans l’environnement de façon:

  • Visuel (signe de la main)
  • Auditif (une musique qui s’arrête ou qui commence)
  • Kinesthésique (apparition ou disparition d’un contact physique comme une main sur l’épaule)

Cette approche permet:

  • Soit de vérifier si la personne est en transe (absence de réaction)
  • Soit de faire sortir la personne de transe et de s’en servir comme une rupture de pattern (la personne en prend conscience)

Erickson parle d’une autre situation où il avait accroché un fil transparent à une manche d’un sujet. Durant la transe il a tiré dessus pour voir si le sujet réagissait aux stimuli kinesthésiques. Le résultat était une absence totale de réaction et donc une anesthésie.

Le but est d’utiliser des stratégies et des techniques à l’insu de nos sujets pour vérifier l’état de transe.

L’hypnose profonde

A travers le passage d’une discussion entre Erickson et Aldous Huxley sur l’auto hypnose, Erickson décrit une forme de transe qui m’a beaucoup parlé.

L’hypnose profonde est le niveau d’hypnose qui permet aux sujets de fonctionner directement à un niveau inconscient et de manière adaptée, sans interférence de l’esprit conscient. Page 186

Intégral Des Articles De Milton Erickson

La transe profonde stuporeuse se caractérise avant tout par un comportement passif, marqué par un ralentissement psychologique et physiologique. Manquent ici les comportements spontanés et les initiatives si caractéristiques de l’état somnambulique quand on les laisse se produire. On retrouve volontiers une persistance marqués de réponses incomplètes, et une perte de la capacité à prendre conscience du moi. Page 187

La transe profonde stuporeuse est celle qui m’a le plus parlé. Ce que j’ai tendance à vivre en auto hypnose ressemble beaucoup à cette définition. J’ai vraiment cette sensation de perdre à un moment donné ma conscience et d’être juste dans mes pensées. A partir de là j’ai vécu des drôles de phénomènes hypnotiques. De plus je ressens ce « ralentissement physiologique » dans ma perception. Ma respiration devient très lente et j’ai très vite froid quand je suis en transe.

Les suggestions de Tonton Erickson

Si vous lisez souvent Milton Erickson, vous avez du remarquer à quel point sa technique repose sur la ratification. C’est à dire un truisme. Je ne vais pas détailler cette technique car vous pouvez la retrouver ici >>> La vidéo sur les Ratifications.

Une fois la ratification effectuée, il suffit de la relier à une suggestion. A travers l’Intégral Des Articles De Milton Erickson, on retrouve justement l’ensemble des différents types de suggestions que l’on peut utiliser.

  • La suggestion Directe
  • Indirecte
  • La négation
  • Description de phénomène
  • Saupoudrage
  • Suggestion permissive
  • Le double lien
  • Suggestion indirecte paraverbale (paramètres de la voix, le rythme, la hauteur, la voix dans l’espace, le ton, le volume, etc…)
  • Mouvements du corps
  • La respiration

A partir de ces différentes suggestions, réaliser une transe chez un sujet devient très amusant et très intéressant. On va juste apprendre avec le sujet quelle clé (suggestion) va permettre de réaliser ce qu’on souhaite. D’après moi c’est la partie la plus intéressante en séance d’hypnose. On apprend énormément sur le fonctionnement du sujet. Et découvrir l’unicité de la personne devant nous est une aventure incroyable!

La suggestibilité

On trouvera à travers l’Intégral Des Articles De Milton Erickson diverses définitions de la suggestibilité.

Bernheim concevait fondamentalement la suggestion comme une amplification des processus idéomoteurs et idéosensitifs dans laquelle il y a une transformation inconsciente de la pensée en mouvement en sensation ou en image sensorielle. Page 164

Vous pouvez retrouver aussi une définition très précise de la suggestion dans une vidéo.

« La suggestibilité est la capacité d’un individu de répondre à une idée. On pourrait aussi dire que c’est la capacité de réagir face à une idée. »  On comprend alors que la résistance chez un sujet n’existe pas. La résistance n’est rien d’autre que la réaction d’un sujet face à une suggestion.

Même si Erickson continue à soutenir que la transe est un état modifié de conscience, il ne croit certainement pas que l’hypersuggestibilité soit nécessairement un trait caractéristique de la transe. Avec Weitzenhoffer, il pense que la transe et la suggestibilité sont des phénomènes indépendants qui peuvent ou non coexister chez un sujet donné à un moment donné. Page 593 (bas de page)

Ce que je comprend de ce passage est qu’il existe une corrélation entre état de transe et suggestibilité mais pas de lien de cause à effet. En gros, ce n’est pas parce qu’on est en transe très profonde qu’on est plus suggestible et l’inverse est vrai aussi.

Une boucle hypnotique (ratification + suggestion) fonctionne même sans transe chez les gens. En gros vous n’avez pas nécessairement besoin d’une transe pour faire passer une suggestion.

Les aptitudes d’un hypnotiseur

A travers l’Intégral Des Articles De Milton Erickson, notre mentor insiste sur le fait de répondre aux besoins psychologiques du sujet. S’il perçoit le besoin du sujet de voir l’hypnotiseur échouer, il va répondre à ce besoin pour satisfaire le sujet.

Intégral Des Articles De Milton Erickson

En hypnose de rue, cela m’arrive souvent d’avoir à faire à des jeunes qui viennent juste pour provoquer. Dans ce genre de situation, j’échoue volontairement ou je fais encore mieux. Je ratifie ce que je perçois chez le sujet. Les provocateurs viennent avec l’idée que vous (hypnotiseur) allez échouer et qu’il ne va rien se passer. Quand je perçois des provocateurs je ratifie dès l’entrée de jeu.

« Tu sais, il ne va absolument rien se passer avec toi. L’hypnose ne va pas marcher et tu ne vas rien vivre d’exceptionnel. Tu ne vas pas entrer en transe et tu sais que j’ai déjà perdu avec toi. » « Et après tout tu veux montrer à tes amis que c’est toi le plus fort, n’es ce pas… »

Pour les hypnotiseurs aguerris vous reconnaissez la ratification mais bien évidemment la multitude de suggestions négatives… En général avec les provocateurs la séance ne dure pas et ils vous regardent souvent la bouche ouverte parce qu’ils n’avaient pas du tout prévu vos ratifications sur leur réalité. Je peux vous assurer que c’est surprenant et c’est ce genre de situation qui vous en apprend le plus sur l’hypnose.

Qui plus est, avec ce genre de techniques vous laissez votre sujet en position haute (du moins en apparence…).

L’égo de l’hypnotiseur

A une période, il m’arrivait souvent la forte envie de prouver aux sujets que l’hypnose existe. Après tout on est hypnotiseur et c’est notre passion. Alors on a envie de prouver que c’est réel. Mais par expérience, ce besoin qui est le notre ne sert à rien dans une séance. C’est juste pour gonfler notre égo et ce dernier est un vrai biais cognitif qui influe la séance.

Prouver que l’hypnose existe n’est pas nécessaire pour que l’autre entre en transe.

Notre égo en tant qu’hypnotiseur n’a pas sa place dans la séance. Tous simplement parce qu’on est au service du sujet.

Les gens entrent facilement en transe sans qu’à aucun moment je fasse une séance formelle avec eux.

L’hypnose est un phénomène naturel et notre besoin d’hypnotiseur que la transe soit reconnue par le sujet n’est pas nécessaire pour qu’une personne entre en transe.

Les gens entrent sans problème en transe hypnotique sans qu’ils en prennent conscience. Et le plus surprenant est qu’ils rentrent parfois sans qu’on est rien fait du tout. En hypnose de rue la séance commence dès que l’on dit « bonjour » mais ça on est les seuls à le savoir. Du coup quand je fais mon prétalk on est dans de l’hypnose qui n’est pas formelle. Les sujets ne sont pas au courant que ça a déjà commencé…

Si vous êtes bon observateur, vous verrez vos sujets entrer en transe dès le prétalk. Et ça c’est la partie cachée de l’iceberg que je préfère…

Créer une bonne atmosphère

Nous sommes hypnotiseur et c’est dans notre devoir de rassembler toutes les bonnes conditions pour que les sujets passent un moment agréable, merveilleux et intéressant pour eux. Il est donc de notre ressort de les motiver et d’inspirer confiance.

Bien des sujets somnambuliques développent des transes somnambuliques meilleures et plus profondes si on peut leur donner quelque motivation intérieure. Motivation que le sujet perçoit comme lui étant personnelle et importante pour lui, et pas comme une motivation importante pour l’opérateur. Page 88

La motivation doit venir du sujet et non de l’opérateur de vouloir à tout pris faire une séance d’hypnose. Je pense que c’est offrir l’occasion aux gens d’apprendre quelque chose d’intéressant pour eux en rapport avec leurs besoins psychologiques. Par contre susciter la motivation chez le sujet est notre travail. Erickson explique que la séance se trouve grandement facilitée si on répond aux besoins psychologiques du sujet comme par exemple garder des informations secrètes. La séance devient plus simple.

Être curieux à propos du sujet

Mais l’expérience m’a appris à quel point il était important, comme je le présumais, d’être un interrogateur strictement passif, c’est à dire de poser une question uniquement pour recevoir une réponse, quel que soit son contenu. Toute intonation qui traduirait un intérêt pour la réponse risquant d’inciter les sujets comme s’ils avaient reçu des instructions sur la réponse à donner. Dans le travail thérapeutique, j’utilise des intonations pour amener le patient à des réponses plus pertinentes pour lui-même. Page 118-119

Là on a un autre biais cognitif qui se nomme l’effet Hawthorne. Si une personne fait une expérience dans laquelle on va mesurer la confiance en soi et que la personne le sait, l’expérience est biaisée parce que la personne aura une tendance à répondre / à se comporter en faveur d’un certain résultat.

A partir du moment où une personne sait qu’elle est observée, ses réponses comportementales s’en trouvent grandement influencées.

Dans les ouvrages de Milton Erickson, il a un trait qui ressort assez souvent je trouve. C’est le regard d’un petit garçon qui clairement fait des expériences. Qu’es qui se passerait si j’appuyais là? Cette attitude permet d’être ouvert aux apprentissages et évite de s’enfermer dans des filtres rigides d’observations. J’ai l’impression qu’il a une très grande expérience empirique. On a l’impression que d’une part, il ne prévoit jamais rien (même durant des séminaires). Il est tout le temps en train d’expérimenter.

Voir la résistance autrement

J’avais fait une vidéo à ce propos sur la signification de la résistance et je pense que j’écrirais d’ailleurs un article entier.

Résultat de recherche d'images pour "résistance"

La compréhension des échecs de l’induction de transe ne permet plus d’attribuer la résistance au sujet mais à l’incompétence et au manque de connaissances de l’hypnotiseur.

Tout le monde peut entrer en transe. La question est plutôt: es ce que l’hypnotiseur a les bonnes compétences pour le faire. Étant donné qu’on peut voir l’induction comme une porte d’accès à la transe, la question est: Es ce que l’hypnotiseur a la bonne clé pour ouvrir la porte. Sachant que la serrure est unique chez chaque sujet.

On se doit d’avoir une certaine attitude vis à vis de la résistance. Au diable notre égo et acceptons que parfois on rencontre des gens que NOUS n’arrivons pas à mettre en transe. La résistance est juste une signification sur ce qu’on est en train de faire. Ce qu’on fait ne marche pas.

Avoir confiance en les capacités du sujet

Je crois que c’est Jean Dupré en formation à l’Arche qui avait dit une fois, vous devez avoir confiance à la place des sujets en leurs capacités à changer. Eux s’ils sont là c’est qu’ils n’y croient pas trop. Mais c’est un très gros travail d’avoir confiance à leur place (bon il l’avait pas dit exactement comme ça mais c’est l’idée).

C’est se dire « je sais que cette personne a les capacités pour changer ou entrer en transe ». Être convaincu par cette croyance va se faire ressentir par le sujet si on est congruent.

C’est le sujet qui fait le travail

Je me souviens au début je parlais beaucoup et assez vite parce que je voulais que le sujet crée les suggestions. Et puis en formation j’ai appris qu’il fallait « laisser le temps au sujet de transformer la suggestion qu’on donne ». Ralentir et observer comment le sujet réagit à nos suggestions.

Il faut que les sujets participent. En transe, ce ne sont pas des individus placides et indifférents. Ils doivent participer beaucoup plus que vous, parce que vous ne faites que leur offrir un éventail de suggestions, sachant qu’au mieux ils vont choisir de suivre celle ci, celle là, ou encore cette autre. Je vois beaucoup trop de gens utiliser l’hypnose pour essayer d’obtenir d’un sujet qu’il exécute toutes les suggestions données, alors que le sujet, évidemment, ne le fera pas. Page 609

A mes débuts, je pense que j’en faisais beaucoup plus que mes sujets. Résultat je me sentais vidé et épuisé comme si j’avais donner beaucoup de ma personne. Au bout de 3 séances d’affilé je me sentais vidé de mon énergie. J’en avais parlé avec d’autres hypnotiseurs qui me disaient d’être trop impliqué. Il y a aussi un hypnotiseur de Grenoble avec qui j’avais parler qui disait « on est tout le temps en transe, c’est juste apprendre à gérer notre transe selon la situation ».

Les phénomènes hypnotiques

Les phénomènes hypnotiques les plus authentiques sont ceux dont on aura pas suggérer l’apparition. Pourquoi? Parce qu’on revient encore une fois au biais cognitif de l’effet Hawthorne. Si on indique quel phénomène on veut créer, le sujet peut simuler pour faire plaisir à l’hypnotiseur ou soit le rejeter pour provoquer l’hypnotiseur.

Les hallucinations

Milton Erickson utilise un procédé que j’ai trouvé très pertinent pour induire des hallucinations chez ses sujets. Il met les personnes en transe puis il indique une zone dans l’espace autour du sujet et pose une question. Sa question n’est pas « es ce que vous voyez un chien juste ici? » non sinon ce serait faire hésiter la personne sur l’hallucination. Il ne fait pas non plus de suggestions directes du style « et quand vous ouvrirez les yeux vous verrez un grand chien noir ici ».

Résultat de recherche d'images pour "hallucination"

Ce qu’il fait est encore plus subtile que cela. Il va poser une question pour avoir des informations sur les caractéristiques de l’hallucination. Cela présuppose que l’hallucination est déjà présente et ne remet pas en doute son existence.

« J’aimerai que vous me disiez de quelle race et de quelle couleur est ce chien là (en pointant la zone du doigt). »

Avec cette question il ne remet pas en cause le fait qu’il y ait un chien ou pas (objet halluciné). Il part sur le principe que l’hallucination est déjà là ainsi il pose une question sur un trait caractéristique de l’hallucination.

L’amnésie

Celle ci fonctionne sur la même base que l’hallucination. Erickson ne suggère pas directement « et tu vas oublier tous ce qu’il s’est passé ». D’abord il l’amnésie extrêmement importante pour les suggestions post hypnotiques en thérapie. Pour lui c’est stocker une information dans la partie inconsciente qui ne pourra pas être altérée par la conscience et pourra donc mieux fonctionner. Il respecte énormément l’inconscient. De son point de vu l’inconscient devrait travailler sans interférence avec la conscience.

Tous ce que vous faites très bien, vous pouvez le faire encore mieux en transe.

Erickson induit des amnésies chez ses patients de façon indirecte. Il va réactiver un ensemble d’associations d’idées antérieure à l’apparition de l’élément à oublier. Il veut éviter aussi toute association extérieure avec l’élément lorsqu’il fait son amnésie. Comme par exemple l’emplacement physique de la personne dans l’espace. Il va par la suite reprendre une discussion antérieure pour réactiver des associations passées pour ainsi faire oublier un élément / idée chez un sujet. Cela passe par des questions et là on est clairement dans de l’hypnose conversationnelle.

Conclusion

Vous l’aurez compris, j’ai pris un grand plaisir à lire l’Intégral des Articles De Milton Erickson. Bien que cela soit un livre imposant de 700 pages, il est aussi intéressant qu’une semaine de formation en hypnose dans une école. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire que j’en ai pris.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On FacebookCheck Our Feed