Comment nous réagissons?

Comment nous réagissons?

 

Aujourd’hui, on va voir plus en détail comment fonctionne l’approche des thérapies cognitives et comportementales. J’écris donc l’article pour:

  • Les personnes supportant un trouble
  • Les étudiants de psychologie attirés par la psychologie clinique pour voir une démarche
  • Les praticiens en hypnose et en pnl qui veulent enrichir leur approche

je tiens à préciser que je ne suis pas encore praticien en hypnose ni psychologue et je peux donc faire des erreurs. Dans la mesure où le meilleur apprentissage est de réaliser sur soi une démarche de thérapie, je me permets de vous partager mon expérience en croisant l’approche des TCC et en apportant mon point de vue de la programmation neurolinguistique et de l’hypnose ericksonienne.

Les thérapies cognitives et comportementales

Cette approche s’appuie sur un présupposé qui est le suivant

Nous ressentons comme nous pensons

Cela veut donc dire que si nous ressentons de mauvaises choses, nous pensons de la mauvaise manière. Les TCC au même titre que la pnl s’intéresse au processus du problème et au maintien. J’ai étudié avec des livres sur les travaux de Milton Erickson (pas des masses non plus) mais j’ai compris qu’il utilisait déjà à l’époque ce que l’on nomme aujourd’hui les thérapies cognitives et comportementales et donc la thérapie stratégique.

Pour aller plus loin dans la thérapie stratégique je vous invite à lire L’art du changement.

Dans la mesure où dans une phase de stress, nous sommes concentré sur les sensations physiques qui y sont liées. On reprend l’idée de ratification en hypnose, la ratification est le fait de porter son attention sur quelque chose qui est vrai dans l’instant.

Toute ratification entraine une prise de conscience, et toute prise de conscience d’un phénomène amplifie ce dernier.

Exemple: prenez conscience de la position de votre corps, de votre main droite et de vos pieds. Concentrez votre attention sur ce que vous ressentez au niveau du ventre.

Si vous portez votre attention durant quelques minutes, vous allez amplifier les sensations.

De plus dans une phase de stress, vous avez votre attention sur toutes les sensations qui montrent que vous stressez et de plus vous vous dites « surtout ne stress pas ».

Le surtout ne stress pas est une suggestion négative!

Et donc la suggestion crée encore plus de stress.

La structure en thérapie cognitive et comportementale

Les tcc s’appuient sur 3 éléments distincts semblables aux fonctions floues en programmation neurolinguistique. C’est un autre mot pour désigner la même chose.

Il y a donc:

L’élément déclencheur

C’est quelque chose en provenance de l’extérieur et du monde comme un évènement ou une action de la part d’une personne. Clairement c’est un élément que

  • L’on voit
  • Que nous avons entendu
  • Ou ressentie
  • Que l’on a sentie ou touché
  • Goutez
  • Sentie (odeur)

L’élément fait parti de notre champ perceptible consciemment ou inconsciemment. L’élément peut être externe à nous mais aussi interne à nous, une image que l’on se fait ou un dialogue interne.

Pour le trouver, vous pouvez utiliser les questions du méta-modèle:

  • Quand mon problème arrive, par quoi cela commence?
  • Qu’es que je vois, entend, sens, ressens, qui me dit là c’est le moment d’avoir mon problème?
  • Par quoi cela commence pour créer mon problème?
  • Si là maintenant vous auriez votre problème qui reviens dans l’instant, qu’es qui vous vient à l’esprit?

Les pensées et les croyances

A la suite de la perception de cet élément déclencheur, vous allez réagir. Et vous allez donc

  • Avoir des croyances
  • Penser de manière erronée
  • Donner des significations aux éléments déclencheurs

Pour les trouver, utilisez les questions du méta-modèle:

  • Qu’es que vous pensez à propos de l’élément déclencheur?
  • Quelles sont les croyances que vous avez en rapport avec ces éléments déclencheurs?

Les conséquences

Le point le plus important est sans doute les conséquences car ce sont elles qui vont maintenir le problème. On y retrouverez « la solution tentée » pour résoudre son problème ainsi que les « rituels » pour faire face à la problématique. Il y a 2 types de conséquences:

  • Les émotions
  • Les comportements (actions constructives et contre-productives)

Pour les trouver:

  • Qu’es que vous ressentez par rapport à votre problème? Comment vous sentez vous lorsque vous y pensez?
  • Qu’es que vous avez fait jusqu’à présent pour résoudre votre situation? Quels sont les rituels que vous avez mis en place?

Dans les comportements, on retrouvera l’évitement de la situation ainsi que l’isolement.

Vous comprendrez rapidement que le problème n’est pas le problème en soi mais la solution que vous avez tenté jusqu’à présent.

Si vous évitez la situation ou que vous vous isolez, utilisez les TCC! Si les comportements que vous avez mis en place pour tenter de réduire l’intensité du problème, ne réduisent qu’à court terme et que vous êtes amené à répéter votre solution plusieurs fois par jour c’est un rituel!

Pour conclure

On a donc 3 points importants qui forment une structure qui fonctionne comme un moulin. Le but est de comprendre le lien entre nos pensées et ce que nous ressentons. C’est une boucle rétroactive qui fonctionne aussi bien dans un sens que dans un autre. Pour aller plus loin je vous invite à lire Les thérapies cognitives et comportementales pour les nuls.

Le but de cet article est de vous faire prendre conscience du lien qui existe entre ce que vous vivez, la manière dont vous l’interprétez et votre ressentie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :
Visit Us On FacebookCheck Our Feed