Chevaucher son tigre, les paradoxes

Chevaucher son tigre, les paradoxes

Résumé

Chacun de nous, dit un proverbe chinois, va se coucher chaque nuit auprès d’un tigre. On ne peut savoir si, au réveil, il voudra nous lécher ou nous dévorer. C’est une belle image de la relation que nous avons avec nos propres limites. Mais ce tigre peut-il devenir un sage? Il faudrait qu’il cultive son adresse et approfondisse ses connaissances. À cet égard, on pourrait lui conseiller de lire ce livre.

Il y prendra connaissance des trois principales traditions qui nous proposent des stratagèmes pour atteindre nos objectifs: la tradition grecque de l’intelligence rusée (celle d’Ulysse), l’art chinois de la guerre, et la rhétorique de la persuasion, des Sophistes à Pascal. De ces stratagèmes, Giorgio Nardone s’est efforcé de saisir la structure, car ce ne sont pas de simples recettes à copier, mais des principes à partir desquels on peut construire des interventions particulières. Ils nous aideront à surmonter les obstacles et à dénouer les inextricables enchevêtrements de la vie avec une élégance . toute orientale et, pourquoi pas? un brin de légèreté.

Écrit par Giorgio Nardone, Edition de 2008, 120 pages.

Chronique du livre Chevaucher son tigre

Présentation

Le livre Chevaucher son tigre est un livre recommandé par Kévin Finel de l’Arche. L’auteur est Giorgio Nardone qui a aussi écrit L’art du changement. Les deux livres ont donc le même esprit et s’intéressent tout deux à la résolution de problèmes par des stratégies efficaces. L’auteur parlera de solutions simples ainsi que des solutions paradoxales. Pour vous faire une idée, voici le nom de certains chapitres:

  • Mentir en disant la vérité
  • Partir plus tard pour arriver plus tôt
  • Pour redresser une chose, il faut d’abord apprendre à la tordre d’avantage
  • Éteindre le feu en ajoutant du bois
  • Créer à partir de rien
  • Changer constamment tout en restant le même
  • Vaincre sans combattre

Bref le livre regorge de techniques très simples qu’il faudra appréhender par la forme pour pouvoir les appliquer à n’importe quel contenu. Il tourne autour de 3 types de philosophie à savoir:

  • L’intelligence rusée de la tradition grecque
  • L’art de la guerre des pays d’Asie
  • La rhétorique de la persuasion

Le principale sujet du livre reste le paradoxe.

Mentir en disant la vérité

Dans cette partie, l’auteur nous donne un exemple d’un jeune homme qui crie sans cesse dans le village qu’un loup arrive alors qu’il n’est pas là. Évidemment lorsque le loup est vraiment là les villageois pensent encore qu’il ment.

Le principe ici est l’accoutumance à un stimulus. C’est à dire lorsque nous sommes constamment confronté à celui ci nous en devenons habitué et son effet s’amoindrit. Par contre on peut créer quelque chose en arrêtant l’exposition au stimulus, et là c’est la rupture de pattern. Ce principe est utilisé en séance d’hypnose mais elle peut aussi être utilisé dans d’autres situations puisque c’est encore une fois naturel.

Rupture de pattern

La rupture de pattern peut être expliqué par plusieurs exemples:

  • Lorsque vous marchez sur le trottoir et que vous ne voyez pas la marche arrivé. Le changement vous surprend et votre cerveau est obligé de tout recalculer d’un seul coup.
  • C’est aussi lorsque l’on prend une brique de lait sur la table, on s’attend à ce qu’elle soit pleine alors qu’elle est vide et tac votre main part d’un coup, et là pareil c’est un petit bug.
  • Ou encore dans une pièce ou il y a une ventilation, lorsque elle s’arrête d’un coup c’est à ce moment là que vous remarquez qu’il y en avait une.

Ce « bug » surprend votre cerveau et peut être exploité pour faire passer des suggestions. Mentir en disant la vérité peut être compris dans ce cas au fait que si vous dites toujours des mensonges et que vous glissez entre une vérité elle ne sera pas perçue comme telle.

De manière générale, la rupture de pattern peut être utilisée aussi bien pour modifier des comportements biologiques que psychologique. De plus je pense que cet outil peut être intéressant à utiliser pour les comportements compulsifs ou même fumer. Dans ce cas, il s’agit de créer un tout petit changement dans la manière de fumer. On commence à relever pendant 1 ou 2 semaines le schéma d’habitudes qui revient puis on le rompt.

Contourner une résistance

J’aime bien utiliser l’image du jeu de la corde pour la résistance ou finalement on a d’un côté un élément qui tire comme par exemple l’inconscient puis de l’autre la volonté de ne plus avoir un trouble comme la conscience. Inconscient et conscient tirent alors chacun de leur côté et il y a alors une tension forte au milieu de la corde. Si un des côtés lâche, l’autre va partir d’un coût dans sa direction, ce sont deux vecteurs opposés.

En plus, on peut dire qu’il y a gaspillage d’énergie puisque les forces sont opposées. En clair, le livre nous indique que pour contourner une résistance, il vaut mieux aller dans son sens c’est à dire l’encourager. Milton Erickson réalisait souvent des prescriptions de symptômes, parce que transformer quelque chose d’involontaire en volontaire change la perception que l’on a et donc change l’ensemble. L’auteur du livre présent nous indique même de compliquer le problème ou de l’aggraver. Ou encore pousser dans la direction contraire à celle souhaitée.

Pourquoi utiliser un tel schéma?

L’approche systémique nous explique que les choses fonctionnent de manière circulaire et non linéaire. Qu’es que cela veut dire? Cela signifie que les solutions que vous avez envisager pour plus ou moins régler un problème ou l’atténuer, va en fin de compte le renforcer. Et l’approche des thérapies cognitives et comportementales explique bien cela. De par mon expérience, je peux vous assurer que lorsque vous prenez conscience de cela c’est contre-intuitif. On a un comportement de « solution tentée » pour atténuer ou régler le problème et en fait le véritable problème est la solution tentée puisqu’elle provoque une boucle rétroactive qui s’auto-nourrit.

Dans ce genre de situation, le principe est de stopper la solution tentée et donc de volontairement s’exposer à la situation anxiogène. Cette stratégie est celle employée par les TCC, vous pouvez retrouver la chronique d’un livre juste ici. De par mon expérience, je peux vous assurer que cela fonctionne, j’ai réussi à atténuer un malaise en 2 semaines et c’est surprenant.

Confusion et compréhension

Vous vous souvenez lorsque vous étiez à l’école, au collège ou au lycée que vous ne compreniez pas certaines théories mathématiques? On bugait pendant 2, 5 10, 15 min à essayer de comprendre comment cela fonctionne alors que autour de vous vos camarades avaient déjà tout compris. Vous, vous étiez là dans la totale confusion à ne rien comprendre. Puis plus vous relisiez vos cours et plus vous sentiez que vous n’étiez pas loin. Et à un moment donné, votre cerveau a fait tilte et TAC il a compris le cours. Et vous pouviez foncer à faire les exercices comme les autres. Bref le fameux Eurêka.

Ce phénomène peut être expliqué par la Gestalt. Votre cerveau a toutes les informations à disposition pour comprendre le truc sauf que celles ci sont mal organisées entre elles. C’est comme avoir toutes les pièces d’un puzzle complètement éparpillées et ce n’est que lorsque elles sont assemblées en un tout cohérent qu’une image apparait et là vous ne vous plus ne plus la voir.

La confusion précède la compréhension alors il vaut mieux s’en réjouir. D’un point de vue gestalt, la figure et le fond ne se sont pas contrastées pour avoir quelque chose d’observable qui a du sens pour le cerveau. Il s’agit alors de déconstruire toutes les informations possédées. Puis de les observer de la manière la plus naturelle possible, c’est à dire les regarder en les isolant. Par exemple lorsque vous regardez un tableau de peinture, vous pouvez isoler chaque partie du tableau en décomposant les sous modalités visuelles.

Bref observer uniquement la lumière, les couleurs, les formes, etc… Puis de reflouter l’image totale pour en avoir une nouvelle, bon dit comme ça c’est un peu compliqué.

Retenez que lorsque vous ne comprenez pas tout, ce n’est pas grave et vous pouvez laisser le temps à votre cerveau d’organiser les informations en mains.

Le doute

Cette notion est une arme redoutable pour réaliser des recadrages. Douter de ce en quoi on croit et remettre en questions les règles qu’on a sur le monde permet de changer efficacement. Douter de nos capacités peut nous pousser à aller vérifier si on en est capable ou pas et cela peut être une très grande ressource. Le doute est semblable à des mauvaises herbes ou à un champignon. Une fois installé, il va investir les lieux rapidement et provoquer un mouvement intérieur.

Le paradoxe

Si je ne me trompe pas c’est Gregory Bateson qui a travaillé sur le paradoxe et la communication paradoxale. Le paradoxe c’est lorsque vous voulez quelque chose et son contraire. Aujourd’hui j’aimerai bien bosser sur mon blog et en même temps j’ai envie de rien faire. Le paradoxe à petite échelle peut juste provoquer une fixation sur le mouvement, en gros vous ne faites aucune des deux choses. Le paradoxe en communication de manière très poussée. Là c’est lorsque c’est vraiment extrême peut provoquer d’après Bateson de la schizophrénie. Le jeu de corde est tellement intense que le seul moyen pour l’esprit de retrouver une homéostasie est de créer un symptôme.

Le paradoxe c’est aussi la dissonance cognitive. Lorsque l’on veut deux choses au même moment et que les deux valeurs sont complétement opposées.

Mais si le paradoxe peut créer des problèmes, il peut aussi en résoudre. C’est la prescription de comportement paradoxale décrite dans L’art du changement.

Le comportement demandé au patient est impossible. Le seul moyen de résoudre le problème c’est de réaliser la solution et avant même que l’on s’en rende compte. On peut retrouver le paradoxe en séduction où pour attirer quelqu’un il vaut mieux l’ignorer. Le paradoxe est alors une grande ressource et contre-intuitif.

Changer de point de vue

Pour changer on pense d’abord qu’il vaut mieux changer sa perception. Cela est réalisable par un recadrage ou un changement de point de vue. Comment peut on envisager les choses de manière différente? Avez vous déjà pensé à imaginer que vous pouviez voir le monde comme si vous étiez votre père, votre mère, vos proches? C’est un exercice proposé par le livre de Kévin Finel Apprivoiser le changement avec l’auto-hypnose.

Le principe est simple « changer son point de vue ». Imaginez que vous êtes dans la peau d’une personne que vous connaissez. Vous imaginez vivre comme lui et voir les choses comme lui et surtout vous percevoir de son point de vue. Lorsque l’on change de point de vue, on ne perçoit pas les mêmes choses. Si vous essayez d’imaginer ce que vous pourriez voir si vous étiez dans un angle de la pièce vous allez devoir penser sous un autre angle. En effet, si je perçois les choses depuis 200m plus loin que moi je ne verrais pas les mêmes choses.

En quoi c’est important? Changer de point de vue permet d’avoir à disposition des informations différentes et qui dit des informations différentes dit aussi choix différents. C’est ce que l’on recherche. Alors essayez cela, imaginez que vous êtes la personne que vous aimez et pensez à la dernière dispute que vous avez eu avec son point de vue. Je vous garantie que vous aurez une approche très différente de la situation.

Le paradoxe en pratique

Récemment j’ai fait une expérience où j’ai observé quelque chose d’intéressant. J’étais allongé dans mon lit et je n’arrêtais pas d’abord des images qui me venaient à l’esprit. Je ne voulais plus qu’elles soient là alors je suis allé dans leur sens. Je les ai amplifiées en y pensant volontairement et au bout d’un moment elles ont cessées d’envahir mon esprit. Cela m’a surprit à quel point aller dans le sens d’une résistance peut être efficace.

Et vous, avez vous déjà vécu des expériences paradoxales?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On FacebookCheck Our Feed